Top 14 - Castres accélère sans freiner

  • Wilfrid Hounkpatin, accompagné par Antoine Tichit et Gaëtan Barlot, force la défense montpelliéraine. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Wilfrid Hounkpatin, accompagné par Antoine Tichit et Gaëtan Barlot, force la défense montpelliéraine. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Le vice champion de France a étouffé Montpellier pendant les vingt premières minutes mais n’a pas assez marqué dans cette période de domination.

Castres a réalisé une entame de rêve, étouffant une équipe montpelliéraine dépassée pendant les trente premières minutes. Les hommes de Pierre-Henry Broncan ont certainement réalisé la meilleure mi-temps de leur saison. "Si on avait marqué sur toutes nos occasions, on pourrait dire ça", tempérait néanmoins le pilier Antoine Tichit.

Il est vrai que le CO a eu les occasions pour plier le match dans le premier acte mais les Tarnais n’ont pas su les saisir, échouant plusieurs fois à quelques centimètres de l’en-but sans oublier un essai refusé pour un en-avant. Pour le manager Pierre-Henry Broncan, ses joueurs ont su accélérer mais ils ont manqué de précision : "C’est un peu de notre faute car nous avions demandé aux joueurs de jouer très vite autour des rucks dans la zone 22-50. On leur avait demandé de ne pas attendre d’être bien positionnés avec des soutiens. Il fallait partir vite et les soutiens devaient réagir rapidement. Dans la zone de marque, quand on perd le momentum, il faut se montrer plus patient, plus structuré pour avancer de nouveau. Malheureusement, je revois Nick (Champion de Crespigny, N. D. L. R.) partir tout seul après une bonne séance de jeu et on se fait gratter le ballon dans la zone de marque. Santi Arata part aussi tout seul derrière un bon maul. Il fait un en avant et c’est encore un ballon rendu. Ce sont des petites erreurs."

Le CO doit gagner en patience

En accélérant pour donner le tournis à la défense héraultaise à l’image d’un premier essai magnifique inscrit par Ryno Pieterse, les Castrais n’ont pas su appuyer sur les freins en se rapprochant de la ligne adverse. "Il y a une différence entre la zone de marque et la zone de lancement de jeu où il faut aller vite, poursuivait Pierre-Henry Broncan. Dans la zone de marque, il faut bien sûr essayer d’aller vite mais en étant très structuré car l’adversaire n’a qu’une chose en tête : contester le ballon car il y a très peu de jeu au pied dans l’en-but. Nous devons avoir plus de précision dans notre organisation dans cette zone-là. Dans cette zone, quand tu gardes trop longtemps le ballon, le risque de se faire pénaliser devient important. Au rugby, il faut vite marquer, donc il faut de la vitesse et de l’organisation collective."

Mais le patron du CO, satisfait de conserver une invincibilité à domicile qui court depuis décembre 2020 en montrant une solidité à toute épreuve, n’était pas vraiment inquiet : "On peut faire mieux dans la zone de marque. Nous avons fait une très bonne semaine de travail et ça va payer. Notre groupe réagit toujours très bien quand on demande quelque chose technique et tactique." L’Aviron bayonnais est prévenu.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?