Top 14 - L’irrésistible montée en puissance de l’Aviron bayonnais

  • Les Bayonnais de Sireli Maqala ont crée la sensation en dominant les Rochelais. Photo Pablo Ordas
    Les Bayonnais de Sireli Maqala ont crée la sensation en dominant les Rochelais. Photo Pablo Ordas
Publié le

Assez inattendu. L’Aviron fait tomber, avec la manière et sur un score confortable, le champion d’Europe. Cette victoire lui ouvre-t-elle des ambitions nouvelles ?

Bayonne peut-il envisager une autre perspective que celle du maintien ? Un parcours plus serein au-dessus de la ligne de flottaison. Au vu de la performance face au champion d’Europe, l’Aviron en a certainement les moyens. Ce troisième succès à domicile pourrait lui ouvrir une vision dégagée pour la suite du championnat. Dans cette passe de trois, ce dernier match marque une nette progression dans un parcours tout à fait honorable. D’abord, dans la façon de jouer. Bayonne a respecté la stratégie mise en place par le staff, presser l’adversaire, le maintenir dans son camp pour l’étouffer. "On voulait ce supplément d’âme en allant les chercher très bas parce qu’ils ont une densité physique énorme, précise Grégory Patat. Ce que j’ai aimé, et c’est une qualité depuis le début de la saison, sur le peu de ballons qu’on a, on est très pragmatique, on arrive à scorer." Au-delà de l’aspect technique, cette capacité à se surpasser a été aussi le moteur de la victoire. "On y a mis beaucoup d’envie et d’engagement, confirme Camille Lopez. Si on n’y met pas le cœur, face à une équipe comme celle-là, on ne gagne pas. On prend des tonneaux tout l’après-midi. Ils te roulent dessus. On a bien ferraillé. C’était un point clé du match. Après, on a été aussi efficace et pragmatique."

Ce match bien mené face à ce qui fait de mieux dans ce championnat ne change pas les visées de l’équipe. Si, oui, en reproduisant ce type de prestation, l’Aviron peut s’éloigner de deux dernières places, il garde prudemment le cap fixé en début de saison. "Ce championnat est suffisamment compliqué pour crier victoire trop tôt, avance le manager. Aujourd’hui, l’équipe se construit, grandit. On savait que ce rendez-vous serait d’un autre acabit que le Racing et Bordeaux. On en a parlé toute la semaine, que ce serait "fois deux". On a réussi à relever le défi mais c’est loin d’une finalité. On ne se projette pas du tout sur un quelconque objectif. On a envoyé peut-être un petit signal : ce sera compliqué de venir gagner chez nous." Pas d’autre discours chez le capitaine : "Dans la construction de notre équipe, il faut qu’on se base là-dessus. Mais on ne peut pas se permettre de viser autre chose que le maintien. Notre combat est là. Forcément battre des grosses équipes, on prend. Le chemin est très, très long."

Vers un parcours paisible

À coup de telles prestations, Bayonne peut néanmoins entrevoir un parcours plus paisible. "Cette équipe est capable de maîtriser son sujet tout au long du match, apprécie Grégory Patat. Je suis fier des trois victoires, mais celle-là, elle valide tout un travail. Sur le contenu, on a grandi. On ne s’est jamais trop senti en danger et, ça, c’est positif pour la suite et rassurant pour le groupe."

Avec aussi une satisfaction personnelle ? "Avec La Rochelle, je n’ai que des bons souvenirs. J’y ai des amis. Mais peut-être avec une certaine personne…"

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Edmond LATAILLADE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
EN DEUX Il y a 1 mois Le 10/10/2022 à 15:53

Très heureux de constater le bon début de santé de l'Aviron. Reste que les parcours actuels des deux équipes de Top 14 du département sont essentiellement le fruit de leur calendrier et de la chance.
L'Aviron a eu pot énorme en D2 en remportant la finale après s'être fait battre nettement lors de la saison à Dauger et à Mt de Marsan.
La Section a également brillé en battant Toulouse à domicile, cette fois c'est l'Aviron sur un Rochelle privée de l'ex Palois natif de Bayonne Antoine Hastoy, un des 3 meilleurs ouvreurs français.
Lors d'une des dernières saisons en top 14 l'Aviron avait également battu un La Rochelle, handicapé par Atonio qui avait la tête à son rappel comme remplacant au Japon..
Irrésisitible montée en puissance fera plaisir à tous les acheteurs du Midol dans le Labourd voire en Soule ...mais il faut être un peu sérieux avec une charnière de cet âge surtout Lopez avec les règles de protection pour les joueurs.
Même reconditionnés, heureux pour C Lopez d'être proche des siens un peu plus loin à l'est du département, une saison n'est pas la même qu'en début ou en cours de carrière.
L'ambiance de St Léon sera toujours pour pousser les "enfants de Bayonne" mais l'ambiance est identique au Hameau et cela ne permet pas toujours de faire face, malgré les directives d'un des deux meilleurs techniciens français.
Les deux clubs du Département ont fait des choix différents : Stratégique pour le Club du Béarn, plus classique pour l'Aviron en recourrant à l'achat de valeurs reconditionnées sûres mais en fin de carrière puisque l'AB sera le dernier club de Camille.
Afin que la déception ne soit pas à la hauteur de l'enthousiasme mieux vaut ne pas trop exagérer dans les propos louangeurs.
Comme en 1ère ligne il suffit d'avancer calmement.