Top 14 - Pau : il aurait fallu un 100 % pour espérer mieux face au Racing 92

  • Thibault Daubagna (Pau).
    Thibault Daubagna (Pau). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les bearnais ont bien resisté jusqu’à la 67eme. Mais pour espérer mieux, il aurait fallu tenir davantage le ballon.

Le jeune Clément Mondinat, 18 ans, entré en cours de jeu, aurait pu être la vedette de la fin d’après-midi dans une Arena plutôt désertée. À 12-6 pour le Racing, la chance lui a brûlé les doigts, à l’image de cette passe au pied de Finn Russell qu’il a bien failli intercepter, il s’en est fallu de quelques centimètres. Il a vaguement jonglé avec le ballon qui a fini dans les bras victorieux de Christian Wade propulsé vers l’essai qui fit basculer le match. Quelques instants plus tôt, il avait failli traverser le terrain à la 64e minute, une course tranchante qui aurait pu, qui aurait dû se terminer dans un boulevard. Hélas, elle fut saccagée par la pelouse synthétique de l’Arena.

Glissade malencontreuse

Une glissade malencontreuse pour le jeune espoir ! Elle a permis à la défense du Racing de se replacer et d’éviter l’essai qui aurait pu permettre à la Section de prendre le score et qui aurait sans doute évité l’essai assassin de l’ailier anglais du Racing. Encore plus tôt, Clément Mondinat à l’heure de jeu, avait tenté une pénalité de plus de 50 mètres pour forcer le destin d’une Section, pas hyper brillante mais assez opiniâtre pour faire douter le Racing. Évidemment, ce ne fut pas le seul paramètre de cette défaite béarnaise, trop de ballons perdus au contact ou au sol, trop de munitions perdues en touche. Mais pendant plus d’une heure, les Palois ont fait plaisir à leurs quelques supporteurs par une défense assez exemplaire. Ils ont même "survécu" à un carton jaune très sévère infligé à Clément Laporte. Il aurait fallu un signe du destin, il ne vint jamais. "Zéro point, nous sommes déçus de cette défaite. Mais j’ai vu une équipe solidaire, courageuse, pleine d’audace et pleine d’envie mais ça ne suffit pas pour gagner chez un grand d’Europe. Le Racing a été plus précis que nous sur des gestes précis, nous en ce moment nous sommes imprécis, c’est vrai", explique Sébastien Piqueronies, manager de la Section. Jordan Joseph aussi a manqué un ballon en or au soutien d’une percée en "zone zéro" de Siegfried Fisi’ihoi. Sébastien Piqueronnies a parlé d’énergie, de robustesse. C’est vrai, son équipe a fait bonne figure, mais elle n’a pas tenu assez le ballon pour espérer mieux, ni en touche, ni sur le jeu courant. Tout s’est décidé-là. Elle s’est retrouvée dans la position du concurrent obligé de faire un cent pour cent.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?