Le point du week-end de Nationale : un de chute pour Bourgoin

  • Les Berjalliens se sont fait surprendre à domicile par des Suresnois très offensifs (quatre essais).
    Les Berjalliens se sont fait surprendre à domicile par des Suresnois très offensifs (quatre essais). Photo Hervé Coste - Photo Hervé Coste
Publié le

Sur les bases de son bon début de saison, Suresnes a créé l’exploit en Isère. Devant, le trio de tête continue sa marche en avant quand Rennes, de son côté, a cru gagner pour la prmeière fois.

C’est bien connu : toute phase régulière est faite de hauts et de bas. Ainsi, Suresnes, qui restait sur deux contre-performances (dont la dernière notamment au profit du mal classé niçois et à domicile de surcroît) a reconquis illico le terrain perdu. Et pas n’importe où ! Pierre-Rajon, le pré carré historique du CS Bourgoin-Jallieu, n’avait pas encore connu la moindre intrusion victorieuse. C’est chose faite même s’il n’est pas question d’évoquer les sanglots longs des violons automnaux. Rien ne dit que les Nord-Isérois n’emboîteront pas le pas à leurs vainqueurs suresnois à l’occasion de tel ou tel déplacement.

Problème, et de taille, Albi, hôte de la formation copilotée par Sébastien Tillous-Borde et Grégoire Pintiaux, se porte comme un charme. Après avoir fait tomber de haut le relégué narbonnais du précédent exercice le 24 septembre, voilà que les Tarnais, comme cela avait déjà été le cas en septembre 2020 (13-13) entre deux crises sanitaires, ramènent deux points terrains de leur périple sur la Côte-d’Azur. Les voilà en position de force, sachant qu’une victoire, même non bonifiée, les ferait se hisser à hauteur des Berjalliens.

Bourg-en-Bresse passe près de la correctionnelle

Dans la sphère la plus convoitée justement du classement, Valence-Romans, Bourg-en-Bresse et Dax n’ont pas failli à leurs missions respectives. L’intouchable leader drômois s’est imposé pour la cinquième fois d’affilée en ne concédant qu’un bonus défensif anecdotique aux Narbonnais. Le dauphin burgien, lui, a senti le vent du boulet, les Rennais menant 12-10 avant de s’incliner sur un missile de Sébastian Poet, le bombardier argentin passé par Rosario et Colomiers. Et ce n’est pas le large succès de Dax aux dépens de Cognac-Saint-Jean-d’Angély qui leur mettra plus de baume au cœur que cela. En effet, les contours de la toute première cassure qui s’étaient d’ailleurs esquissés dès la mi-septembre aux abords de la zone rouge apparaissent désormais avec de plus en plus de netteté. Et pour cause. Face à Albi, on pouvait parler, qui d’exploit, qui de sursaut au sujet de Hyères-Carqueiranne. Depuis ce week-end, il n’est plus question que de confirmation pour le nouveau venu varois. Lequel, à la différence de son camarade de promotion breton, tend à prendre la mesure de l’échelon qu’il apprivoise petit à petit. Et ce, dans le sillage d’un pack s’inscrivant il est vrai parfaitement dans la tradition locale. La frustration est tout de même grande pour Tarbes, battu de justesse dans le money-time (18-16, puis 21-16) comme cela avait été le cas à Chambéry puis à Blagnac. Les Bigourdans devancent quand même les derniers nommés en question qui se sont affrontés, avec un dénouement identique à ceux de 2021 et de 2022.

Mine de rien cependant, l’oiseau blagnacais fait son nid du côté des Ramiers et, plus encore, le défend bec et ongles. Soit un troisième succès en autant de réceptions qui autorise tous les espoirs dans l’optique du maintien, objectif avoué des protégés d’Eric Escribano, de Romain Fuertès et de "Fred" Medvès.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Philippe ALARY
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?