Tendance : et bientôt, on soustraira les points à la fin ?

  • Tendance : et bientôt, on soustraira les points à la fin ?
    Tendance : et bientôt, on soustraira les points à la fin ? Icon Sport - Icon Sport
Publié le

On a assez défendu la cause de nos arbitres, dans ces mêmes colonnes, pour leur taper un peu sur les doigts lorsque le besoin s’en fait sentir. Au vrai, il ne s’agira pas là de contester tel ou tel fait de jeu mais bien de dénoncer une marotte qui commence à nous taper un chouïa sur le système. On parle ici de cette tendance actuelle à s’appuyer sur les grands écrans du stade - et donc la bonne volonté du réalisateur - pour prendre leurs décisions, sous couvert de « travail d’équipe ».

Car au vrai, le protocole concernant l’arbitrage vidéo est très clair, qui veut que celui-ci ne puisse - en théorie - pas remonter à plus de trois temps de jeu préalables lorsqu’il s’agit de valider ou non un essai. Déjà que l’on pestait contre ces avantages s’éternisant pendant une dizaine de temps de jeu avant de revenir à un minuscule en-avant ou une pauvre pénalité, cette tendance à venir pinailler pour un en-avant commis au milieu du terrain une minute avant un essai ne nous comble pas vraiment… On nous parle de rendre la justice au mieux ? Soit. Mais un arbitre imagine-t-il l’ascenseur émotionnel ressenti par un joueur et, pire, le sentiment d’injustice de se voir un essai refusé pour une faute, alors que le protocole indique en toutes lettres que celleci doit être soumise à la prescription ? On entend certes bien que le rugby, sport éducatif, fut codifié de façon à obliger la jeune bourgeoisie anglaise à se discipliner mais tout de même, il ne semblait pas nécessaire de faire du zèle pour inciter des équipes à « craquer » nerveusement ! Mais c’est bien ce que World Rugby a fait, en permettant désormais au TMO d’intervenir pour annuler un essai après la transformation de ce dernier, ainsi qu’on l’a vu pour la première fois en Top 14 voilà dix jours lors de Pau - Toulon. La volonté de ne pas hacher le jeu pour rien se heurtant, là encore, au sentiment inévitable de frustration qui peut découler de ce genre d’intervention…

Parce que quelle sera la prochaine étape ? Laisser le jeu s’écouler, et soustraire les points indûment marqués à la 80e , histoire de respecter la continuité du jeu ? On raisonne par l’absurde, bien sûr. N’empêche qu’à force d’élargir le périmètre d’action de l’arbitre vidéo, on en finira par regretter le bon vieux temps des erreurs d’arbitrage qui avaient au moins le mérite d’être commises dans le feu de l’action.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?