PRO D2 - Colomiers : prime à la jeunesse

  • PRO D2 - Colomiers : prime à la jeunesse
    PRO D2 - Colomiers : prime à la jeunesse Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Capable de gagner à Agen et de perdre à domicile contre 14 Vannetais, Colomiers a redressé la barre en allant battre l’ASBH chez elle. Et ses jeunes pousses n’y sont pas étrangères.

«Ce n’est pas un schéma qu’on va répéter cette saison», promet Waël Ponpon. Les Columérins se sont en effet déplacés deux fois pour deux victoires, tandis qu’ils ont perdu contre le RC Vannes à Michel-Bendichou. «On sait ce qui nous a manqué contre Vannes. Puis cela nous est arrivé assez tôt dans la saison, ça nous permet donc d’être prévenus, et de ne pas réitérer les mêmes erreurs.» En l’occurrence, les Columérins ont su à Béziers rectifier le tir en ce qui concerne le jeu au sol, un vrai cataclysme face aux Vannetais, et sur le réalisme. «Notamment en deuxième mi-temps, on a déjà su rester propres sur nos ballons et sur la conservation. Puis nous avons réussi à saisir chaque opportunité qui s’est présentée.»

La performance du demi d’ouverture Romuald Séguy, qui jouait pour la première fois depuis un mois, mérite d’être soulignée : un drop et une pénalité décisive sur la ligne médiane à quelques instants de la sirène. Mais la jeunesse de l’équipe columérine est bien ce qui la caractérise, avec sa marge de progression, et ses atouts indéniables.

Une montée en puissance évidente

Si les pertes de balle ou mauvais choix avaient coûté le dernier match à domicile des joueurs à la Colombe, elle doit à ses jeunes pousses un dynamisme précieux. L’exemple le plus frappant est la troisième ligne. Alors qu’ils n’avaient que très peu pris part à la saison dernière, Pierre-Samuel Pacheco, Yann Peysson et Waël Ponpon enchaînent les bonnes prestations en ce début d’exercice. «Il y a des repères, des automatismes, note ce dernier. Et quand il y a des opportunités de rentrer dans le groupe, il faut être performant. L’émulation collective est bonne, notamment au niveau de la troisième ligne. Ça pousse à être performant, à se dépasser. Si mes coéquipiers sont performants, moi aussi je le serai. Ce week-end l’équipe a été performante, et je me suis mis au diapason de mes coéquipiers.» L’attractivité de ces jeunes Jiff pleins de promesses accroît l’incertitude liée à la saison prochaine, à savoir les vingt et un contrats arrivant à leur terme.

Mais la situation leur permet de progresser. En l’absence de Beka Sheklashvili et Hugo Pirlet, Robin Bellemand, 20 ans à peine, peut faire ses armes au poste délicat de pilier droit. Derrière sont remarquées les entrées en jeu de Max Auriac, décisif contre Aix-en-Provence, et Matthis Galthié. Sans compter le statut déjà reconnu d’Ugo Séguéla et Alexandre Ricard dans cet effectif. Tout cela est à confirmer contre Nevers, dont la formation est redoutée. «À chaque fois qu’ils viennent, ce sont de très gros matchs avec beaucoup de rythme et d’intensité, ça avait été un sacré choc», rappelle Waël Ponpon. Ils savent à quoi s’attendre…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Quentin PUT
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?