Pro D2 - Oyonnax garde les pieds sur terre

  • Pro D2 - Joe El Abd, manager heureux d'Oyonnax rugby.
    Pro D2 - Joe El Abd, manager heureux d'Oyonnax rugby. Icon Sport - Loic Cousin
Publié le

Au cours des dernières semaines, Joe El Abd a beaucoup parlé de pragmatisme et de réalisme pour évoquer les points laissés en route lors des voyages des Oyonnaxiens à Biarritz et Mont-de-Marsan, voire pour pointer les regrets laissés par le nul rapporté de Provence. "Nous avons sans doute manqué d’ambition, nous aurions dû faire mieux." Ce ne sont pas les huit essais inscrits face à Vannes qui feront perdre au manager aindinois son sens des réalités : "Nous avons réalisé un très bon match face à une équipe de Vannes qui n’a pas joué à son niveau. Cela peut arriver à tout le monde."

Le constat vaut mise en garde pour son propre groupe. Pas question de s’enflammer. Pas question de considérer le fauteuil de leader dans lequel Oyonnax rugby vient de s’installer comme acquis. Le patron des Oyomen demeure très pragmatique : "Nous sommes là où nous voulons être. Vingt-trois matchs restent à disputer pour atteindre notre objectif. Nous voulons être ambitieux, mais il n’y aura pas de place pour la suffisance."

Favori annoncé, Oyonnax est au rendez-vous, en leader, avec de sérieux atouts pour défendre sa position à commencer par la meilleure attaque (206 points inscrits) et la meilleure défense (94 points encaissés). Les trois bonus offensifs récoltés en quatre succès assurés à domicile contribuent eux aussi à donner du poids au projet oyonnaxien. En début de saison, Joe El Abd avait annoncé sa volonté de faire à nouveau de Mathon "une forteresse". Massy, Grenoble, Nevers et Vannes sont tour à tour tombés devant ses murs… mais cela ne suffira pas pour demeurer durablement en haut de l’affiche. En trois matchs disputés loin de ses bases Oyonnax a connu deux revers et un partage. Entre les trois points récoltés en déplacement et les dix-neuf amassés à Mathon, le delta est énorme. Pour Oyonnax, l’avenir se jouera aussi en déplacement. Réaliste, Joe El Abd confirme : "Nous devons garder les pieds sur terre. Nous connaissons le niveau de ce championnat, il nous oblige à être tout le temps dans la progression. Travailler ensemble n’est pas suffisant, nous devons aussi nous appuyer sur notre cohésion." Malgré la valeur de certaines de ses individualités, le club de l’Ain mise sur la force du groupe. Cela lui a permis de faire face à de multiples absences au cours des dernières semaines pour aborder en leader un déplacement à Béziers qui aura valeur de test quant à sa capacité à assumer son nouveau statut.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jean-Pierre Dunand
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?