Top 14 - Au Racing 92, Cameron Woki est méconnaissable

  • Cameron Woki, don le transfert de Bordeaux au Racing avait fait tant de bruit, traverse actuellement une bien mauvaise passe…
    Cameron Woki, don le transfert de Bordeaux au Racing avait fait tant de bruit, traverse actuellement une bien mauvaise passe… Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Cameron Woki, don le transfert de Bordeaux au Racing avait fait tant de bruit, traverse actuellement une bien mauvaise passe…

Le constat est le suivant : après sept journées de championnat, le Racing est onzième du classement, peine à développer un jeu conquérant et vient d’enchaîner, en Gironde, un quatrième revers consécutif à l’extérieur. « C’est décevant, disait Henry Chavancy samedi soir en conférence de presse. On est désormais dans l’urgence de prendre des points face à Montpellier. Mais on ne va pas non plus se mettre en crise après la septième journée de Top 14... »

Après tout, les Franciliens, malgré ce classement peu flatteur et fort éloigné de leurs ambitions originelles, ne sont pour le moment qu’à quatre points des Castrais et de cette sixième place qualificative après laquelle courent aujourd’hui onze équipes. Ce qui est plus préoccupant, en revanche, reste l’état de forme de Cameron Woki depuis le coup d’envoi de la saison. Lui ? On l’a dit, écrit et réécrit : il est l’une des pépites de l’ère Galthié, un incontournable du système tricolore et un joueur épatant, en bien des points. Mais pourquoi ne met-il pas un pied devant l’autre depuis qu’il a repris la compétition avec le club des Hauts-de-Seine ? Pourquoi n’a-t-il aucun impact sur sa nouvelle équipe, que ce soit dans le jeu courant, les rucks ou en touche ?

De fait, l’ancien Bordelais, dont le transfert en banlieue parisienne avait tant fait couler d’encre l’été dernier, semble émoussé, fatigué et manque pour le moment d’explosivité, d’impact ou d’énergie quand son jeu dans son entièreté repose justement sur la vitesse de déplacement, l’aptitude à se porter au soutien des attaquants aux quatre coins du terrain, à incarner un relais parfait entre le paquet d’avants et la ligne de trois-quarts.

Un simple coup de fatigue ?

Dans les Hauts-de-Seine, on évoquait en début de saison « un simple coup de fatigue » pour l’ancien Massicois et même si Woki fut ménagé par le staff des Bleus lors de la dernière tournée estivale, le feuilleton dont il fut le protagoniste lorsqu’il décida de quitter la Gironde fut, d’un pur aspect psychologique, très énergivore... À quelques jours de l’annonce du groupe France, il ne fait pourtant aucun doute que Cameron Woki, six fois titulaire lors des sept matchs disputés par le Racing en championnat, fera partie du groupe tricolore amené à disputer la tournée d’automne et qu’il débutera même face à l’Australie, le 5 novembre prochain. Mais aura-t-il alors l’abattage qu’apprécient tant chez lui Fabien Galthié et son staff ? 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?