Top 14 - Ulupano Seuteni ? C’est tout un art...

  • Excellent à un poste qui n’est à priori pas le sien, le Samoan Ulupano Seuteni fut le grand bonhomme de la victoire rochelaise face à Toulon, dimanche soir…
    Excellent à un poste qui n’est à priori pas le sien, le Samoan Ulupano Seuteni fut le grand bonhomme de la victoire rochelaise face à Toulon, dimanche soir… Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Excellent à un poste qui n’est à priori pas le sien, le Samoan Ulupano Seuteni fut le grand bonhomme de la victoire rochelaise face à Toulon, dimanche soir…

Après avoir sévèrement mordu la poussière à Bayonne, les Rochelais s’étaient dits « humiliés », avaient sonné la remobilisation générale et afin de relever la tête, logiquement décidée de muscler leur équipe : face à Toulon, dimanche soir, le meilleur numéro 8 de la planète Gregory Alldritt ainsi que le très explosif Jonathan Danty, tous deux ménagés le week-end dernier sur les bords de l’Adour, faisaient donc leurs retours dans le 15 de départ des Maritimes. Pour le manager rochelais Ronan O’Gara, l’objectif était ici très simple et consistait en réalité à rendre coup pour coup au Rct, l’une des rares équipes du championnat à pouvoir rivaliser, en termes de dimension physique, avec le tonnage rochelais. Quant à Ulupano Seuteni, il était titularisé pour la troisième fois consécutive au poste de demi d’ouverture, le Tricolore Antoine Hastoy, l’ancien Vannetais Pierre Popelin et le prometteur franco-anglais Harry Glynn étant tous trois blessés. Dès lors, verdict ? À Deflandre, les Rochelais ont su réagir et après un round d’observation ayant semblé durer des heures, les coéquipiers de Gregory Alldritt se créaient d’abord une occasion d’essai lorsque Uini Atonio, parfaitement servi via un "offload" de son ouvreur Seuteni, échouait un mètre avant la ligne. Le festival Seuteni, que l’on tient comme l’un des plus beaux attaquants du championnat, se poursuivait dimanche soir et en fin de première mi-temps, l’ancien Toulonnais (il a joué au Rct de 2014-2017) tapait donc au-dessus du premier rideau varois, récupérait la balle en l’air et s’effondrait dans l’en-but adverse pour aplatir le plus bel essai du match.

Il a changé la ligne de trois-quarts rochelaise

De toute évidence, si Ulupano Seuteni n’est pas le premier choix au poste d’ouvreur à La Rochelle, si son profil est aussi à des années-lumière de celui de Ronan O’Gara à l’époque où le manager rochelais menait le jeu du Munster ou de l’Irlande, le Samoan incarne la nouvelle arme atomique des Maritimes et au moment où s’apprête à débuter la tournée de novembre, au fil de laquelle il affrontera notamment l’Italie, on se dit que son punch va cruellement manquer à l’actuel dauphin du Stade toulousain au classement.

Après sept journées de championnat, on comprend en tout cas mieux pourquoi Laurent Marti, le dernier employeur de Seuteni, s’était battu comme un lion l’an passé pour tenter de retenir Seuteni sur les bords de la Gironde. Depuis qu’il a revêtu la tunique jaune et noire du grand rival des Bordelais, le Samoan fait en effet des merveilles et surtout, répond à ce que lui avaient demandé les sergents recruteurs de l’Atlantique au moment où il paraphait son contrat : hystériser une ligne de trois-quarts jusqu’ici correcte, mais qui manquait du génie que lui et Teddy Thomas sont incontestablement en train de lui donner…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?