Nouvelle-Zélande : Mr Smith et ses dames

  • Positionné au poste d’arrière face aux Galloises, Ruby Tui s’est une nouvelle fois illustré parmi ses coéquipières. Photo Icon Sport
    Positionné au poste d’arrière face aux Galloises, Ruby Tui s’est une nouvelle fois illustré parmi ses coéquipières. Photo Icon Sport
Publié le

Sous la houlette de leur sélectionneur wayne smith, les black ferns ont pulvérisé les galloises et se sont assuré d’une qualification en quarts de finale. pour l’ancien adjoint des all blacks, cette expérience est néanmoins haute en couleurs...

Quand on a découvert la composition du XV de départ de Wayne Smith pour le deuxième match des Black Ferns, on s’est d’abord demandé si l’ancien technicien des All Blacks ne jouait pas avec le feu : pas moins de dix changements opérés, dont cinq néo-capées, auxquels il faut ajouter deux repositionnements la troisième ligne Charmaine McMenamin glissant du côté fermé de la mêlée au couloir et l’ailière Ruby Tui au poste d’arrière. Quand on sait que les Black Ferns avaient dangereusement vacillé (17-0 au bout d’une demi-heure) contre les Australiennes lors de leur premier match, on s’est demandé si celui que nombre de grands All Blacks (Dan Carter en tête) considèrent comme le meilleur technicien du pays n’avait pas reçu un coup sur la tête. Surtout que cette équipe du pays de Galles ne réussissait pas forcément aux Néo-Zélandaises : en moyenne sur leurs dernières confrontations, l’écart au score à la mi-temps était de moins de huit points en faveur des Kiwis…

Cette première demi-heure contre l’Austalie, Wayne Smith en a fait des cauchemars, comme il le racontait cette semaine : "Dès notre retour à l’hôtel après la rencontre, j’ai décrypté cette demi-heure, encore et encore. J’ai fini à 00 h 45, je suis allé au lit, puis je me suis réveillé toutes les deux heures en hurlant. Je ne pense pas que nous ayons abordé cet évènement de la bonne façon. Les Australiennes, elles, l’ont fait. Elles étaient précises et agressives, elles nous ont bousculées." Traumatisé, ce bon Wayne…

Pari gagnant

Sauf qu’on n’est pas l’un des meilleurs de sa catégorie par hasard. Le résultat parle de lui-même. Dix essais à deux. 22 à 7 à la mi-temps, puis 56 à 12 au coup de sifflet final. Les Galloises ont reçu une leçon de rugby en deux temps. Smith est ainsi revenu sur ses choix d’équipe : "Ce match est une question de préparation, de responsabilisation dans sa propre préparation. Si vous avez 23 joueuses qui se sont vraiment bien préparées, vous obtenez de bonnes performances. Et nous y arrivons. Nous avons 32 joueuses qui méritent d’être titularisées et elles le seront." Avec cette nouvelle victoire bonifiée, les Black Ferns valident leur qualification pour les quarts de finale et possèdent une bonne chance de faire un nouveau carton la semaine prochaine puisqu’elles affronteront des Ecossaises qui n’ont plus grand-chose à espérer.

Smith : "J’ai menacé de prendre ma voiture pour aller au prochain match !"

En attendant, il semblerait que Wayne Smith prenne du plaisir à entraîner cette équipe, la première féminine de sa longue et riche carrière : "C’est la première fois que j’entraîne une équipe féminine, il y a une sacrée différence. J’ai du mal avec la préparation d’avant-match quand je compare aux années que j’ai passées avec les All Blacks. Les garçons sont plus introvertis, plus calmes, plus rigoureux dans leur préparation individuelle. Là, il y a beaucoup de joie dans ce que les filles font, elles dansent et elles chantent… J’apprends à aimer ça. Mais… je trouve ça un peu pénible parfois dans le bus. J’ai même menacé de prendre ma propre voiture pour me rendre au prochain match ! En tout cas c’est formidable de voir des personnes qui aiment vraiment ce qu’elles font."

Côté joueuses, il semblerait qu’elles l’aient adopté : "Smithy est très direct sur ce qu’il veut, ce qui nous oblige toutes à progresser, expliquait l’arrière-star Ruby Tui. Le fait d’être coachées par Smithy nous a transformées en tant que joueuses, nous n’avons jamais eu le genre de perspectives que nous avons, c’est excitant de voir jusqu’où nous pouvons aller." Wayne Smith quitta la conférence de presse en adressant un message à ses futures adversaires. Quand on lui demanda si l’on avait déjà vu le meilleur des Black Ferns, il répondit ceci : "Non, vous ne l’avez pas vu."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?