Fédérale 3 : Ribérac, en s’imprégnant du passé

  • Protégé par Jérémy Besson et Loïc Etropie, Quentin Charenton impulse le mouvement ribéracois. Photo Jean-Luc Deschamp
    Protégé par Jérémy Besson et Loïc Etropie, Quentin Charenton impulse le mouvement ribéracois. Photo Jean-Luc Deschamp
Publié le

Les Ribéracois ont fait de la Fédérale 3 une quête existentielle. Mais des obstacles doivent être franchis.

Le passé de Ribérac en Fédérale 1 n’est plus qu’un lointain souvenir. C’était il y a une quinzaine d’années quand les transfuges de Périgueux avaient boosté le CAR. Éric Fourcade qui est entré dans sa deuxième saison de présidence connait bien son club. Il était le capitaine de l’équipe championne de France de Première série en 1996. Quatre ans plus tard, Ribérac décrochait un titre national d’Honneur. Éric Fourcade exhorte les joueurs actuels a maintenant écrire leur histoire en s’imprégnant du passé. Il a connu la dépression après la chute de l’élite amateur, la difficulté à recruter et la régression économique. Le contexte n’est plus ce qu’il était mais il tient le président en alerte : « Nous vivons dans un bassin qui s’est complexifié avec la proximité des clubs de Nontron, Vergt, Trélissac et Saint-Astier-Neuvic. Les joueurs peuvent voyager. La solution passe par notre restructuration avec de bons jeunes et des juniors qui montent. Nous commençons à reconstituer le vivier ». La saison dernière déjà le but affiché était clair : Accession à la Fédérale 3. Des éléments contraires ont nui aux performances alors les Ribéracois repartent à l’assaut de leur objectif. « Pour être bien dans l’avenir », justifie le président. La commune de Dordogne de 4 500 âmes qui se targue d’une profonde culture rugby a besoin de son exutoire ovale, et la municipalité accompagne cette noble démarche.

Déjà du caractère

 

Sur le pré, les coéquipiers du capitaine Jérémy Besson, élu par le collectif joueurs, sont donc en mission. Et pour accroître l’efficacité du groupe, Éric Fourcade a opéré un changement. Il n’y aura plus quatre entraîneurs dédiés aux seniors mais deux entraîneurs principaux, Sébastien Oyhanondo et Brice Bargozza qui ont tous les deux vécu l’épopée Fédérale 1 et 2, Christophe Mazé en soutien et en charge de la réserve, et Dominique Sireix pour la préparation physique. « Ce staff de qualité était nécessaire pour que les joueurs se sentent bien, optimise Éric Fourcade. Il nous manque quelques éléments de qualité mais notre groupe est bon, nous avons ce qu’il faut, le centre François Beaugendre, les Anglais Baldock et Meers et Loïc Etropie dans le pack, et d’autres encore, doivent montrer la voie. Nous devons simplement prendre conscience des effortsà consentir ». Et parce que son équipe a déjà montré un fort caractère, Éric Fourcade veut croire à une belle saison.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gérard PIFFETEAU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?