Régionale 2 : Olonzac, un champion en mode diesel

  • Olonzac et son attaque sont en quête de solutions.  Photo Frantz Delagrange
    Olonzac et son attaque sont en quête de solutions. Photo Frantz Delagrange
Publié le

L’équipe fanion se cherche en ce début de championnat. La tête est encore dans les festivités du sacre de champion de première série.

Olonzac, un patelin du Minervois où les rebonds ovales rythment depuis 1908 les dimanches de tous les administrés. Un club qui a vu éclore un certain Christophe Urios et qui se flatte d’avoir trois étoiles sur sa carte de visite. Trois couronnes nationales décrochées en 1995 en Troisième Série, en Promotion Honneur en 2004 et tout récemment, le 26 juin dernier à Lectoure où l’équipe fanion a empoché le dernier bouclier national de Première Série en prenant le meilleur sur les Landais d’Ondres (26-15).

Un sacre que les Héraultais ont spontanément dédié à leur coéquipier, le flanker Antoni Gally gravement blessé le 27 février dernier face à Tauch-Corbières. Une victoire qui annulait également la frustrante défaite (25-26) en finale Occitanie face à Sidobre Montagne.

 

« On veut battre le champion de France »

Pour l’heure, la page de l’épopée 2022 peine à être tournée. Dans la toute nouvelle Régionale 2, les Héraultais sont loin de l’euphorie du printemps dernier. Après trois rencontres, ils ont connu à deux reprises la défaite lors de la journée inaugurale à la Tet (18-51) et chez le voisin de l’Alaric (15-20). À domicile, le champion a fait honneur à son statut en dominant l’entente Pollestres-Bages-Villeneuve (46-8). À la surprise générale, le champion de Première Série loge en milieu de tableau. Une situation qui n’inquiète pas le nouveau coprésident, Thierry Barrière associé à Alain Olcina. « Nous sommes le champion de France. Dans notre poule, on veut battre le champion. Nos adversaires sont particulièrement motivés quand ils nous rencontrent. Ce titre, il a également animé pendant toute la période estivale, le village et le canton. Joueurs, entraîneurs et dirigeants nous avons été sollicités. Nous avons baigné dans une euphorie que nous avons eu du mal à quitter. Nous avons repris un peu tardivement l’entraînement ce qui explique un peu nos résultats en dents de scie. Mais, nous ne sommes pas inquiets, la saison est longue. Nous faisons confiance aux entraîneurs ». Le duo magique Bruno Druetta et Pierre Ramon, deux pépites du club sont repartis pour une nouvelle saison. Toujours animés par le désir de victoire. Au printemps, ils donnent rendez-vous à leurs rivaux. Le champion 2022 n’a pas dit son dernier mot.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier nAVARRE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?