Régionale 1 : la Voulte Rugby, une institution en voie de restauration

  • Le demi de mêlée Mathias Coste et ses coéquipiers veulent confirmer leur bon début de saison et mener le club en Fédérale 3. Photo Roger Martinez
    Le demi de mêlée Mathias Coste et ses coéquipiers veulent confirmer leur bon début de saison et mener le club en Fédérale 3. Photo Roger Martinez
Publié le

Auteur d’un bon début de saison, La Voulte Rugby vise un retour en Fédérale 3 en fin de saison.

"Nous essayons de remettre le club là où il devrait être." Le nouveau président de La Voulte Rugby, Jean-François Cros, ne cache pas ses ambitions, après le début de saison réussi de l’équipe fanion. Après quatre journées, les Ardéchois sont la seule équipe invaincue de la poule 4 de Régionale 1, avec Bourg-lès-Valence. "Nous n’allons pas faire les faux modestes, reconnaît le manager, Bruno Ranchon. Ce n’est pas dit qu’on y arrivera."

Après trois victoires contre des promus, les Voultains ont passé un premier test avec réussite dimanche dernier contre Crussol (21-16), devant un public nombreux. "Nous avions invité les sponsors et les institutionnels, rappelle le président. Il y a un bel engouement. Nous avons de belles infrastructures."

Quatrième la saison dernière, le club a accueilli une vingtaine de joueurs à l’intersaison, principalement des jeunes pousses du coin avec un beau potentiel. "S’ils partent pour des clubs de niveau supérieur, cela signifie que nous aurons bien bossé", sourit Bruno Ranchon, qui n’a pas perdu son âme de formateur. Paradoxalement, le club est également devenu attractif grâce à son succès lors du Challenge Aura, le tournoi organisé de fin de saison organisé pour les équipes éliminées. Souvent décriée et moquée, la compétition a servi de tremplin à La Voulte. Collectivement, le groupe se trouve de mieux en mieux. "Ça commence à prendre, se réjouit l’ancien technicien d’Aubenas. Notre collectif nous a aidés contre Crussol. Personnellement, je ne suis pas Voultain, mais je le deviens. Les valeurs sont très ancrées ici. C’est assez incroyable. L’état d’esprit perdure ! Il y a une belle solidarité. Les joueurs ne lâchent jamais rien."

Confirmer à Eymeux

De son côté, l’ancien Albenassien a amené sa marque de fabrique. Quand beaucoup de techniciens parlent de "projet de jeu", lui préfère le terme de "philosophie de jeu". "Beaucoup d’entraîneurs demandent de conserver, je dis aux joueurs de chercher à qui passer, de donner le ballon, de jouer debout. J’appelle ça "la vie après moi"."

Comme sur le terrain, le but du club, né en 2010, au moment de la fusion Valence-La Voulte, est de perpétuer la tradition, bien ancrée, du rugby, sur la rive droite du Rhône. Sera-ce en Fédérale 3 ? Le chemin est encore long, avec la concurrence notamment de Bourg-lès-Valence et Crussol. D’abord, il faudra confirmer à Eymeux ce dimanche. "Il ne faut pas s’enflammer, prévient Bruno Ranchon. Eymeux est une équipe avec de belles valeurs. Nous savons que ce sera difficile."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?