Top 14 - Racing 92 : Francis Saili doit sortir le Racing de l’impasse

  • Francis SAILI (Racing 92).
    Francis SAILI (Racing 92). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Arrivé de Biarritz il y a quelques semaines, le All Black Francis Saili a rapidement trouvé sa place dans les Hauts-de-Seine. Et franchement, le Racing aura bien besoin de lui pour ce match déjà capital…

On ne sera pas assez sot pour dire qu’avant de recevoir Montpellier pour un match déjà capital, le Racing est en crise. Mais pour tout dire, on a connu l’écurie des Hauts-de-Seine, actuelle onzième du championnat et défaite lors des quatre matchs qu’elle a eu à disputer à l’extérieur, bien plus conquérante qu’elle ne l’est depuis le début de saison. Au vrai, les recrues mettent un peu plus de temps que prévu à intégrer le collectif francilien et, si l’on attendait beaucoup du Tricolore Cameron Woki, du tank fidjien Asaeli Tuivuaka, de l’ancien numéro 8 de Brive Kitione Kamikamica ou de l’arrière des Springboks Warrick Gelant, ceux-là sont pour l’instant relativement loin de leur meilleur niveau. En revanche, la bonne surprise est venue de Francis Saili, sitôt arrivé et sitôt indispensable. "Quand la dernière saison de Top 14 s’est terminée, nous disait-il dernièrement, j’ai ressenti le besoin de prendre un long break. Je n’étais pas rentré en Nouvelle-Zélande depuis quatre ans et demi. […] Quand je suis rentré chez moi à Auckland, je ne savais pas ce qui m’attendait à mon retour : Bordeaux et Paris s’étaient montrés intéressés mais cela n’avait pas abouti ; le président de Biarritz (Jean-Baptiste Aldigé) voulait des indemnités pour racheter mes deux années de contrat et je n’en ai pas pris ombrage, car le sport professionnel est aussi un business. Ce ne fut pas une période facile mais je savais pourtant que le destin allait finir par me sourire. L’univers me demandait juste d’être patient et aujourd’hui, je vis un rêve au Racing."

Saili : "J’ai reçu un appel et on a fait nos valises"

Auteur de très bons matchs avec l’entité francilienne depuis le début de saison (quatre titularisations en sept journées), Francis Saili (30 ans), All Black à deux reprises, amène indéniablement un surplus de puissance, de vitesse à une équipe qui en avait parfois manqué l’an passé et, ce week-end, le colosse d’Auckland formera donc face à Montpellier, et aux côtés de Gaël Fickou, l’une des meilleures paires de centres du championnat. "Pour moi, poursuivait-il, tout s’est réglé en deux jours. Mon agent a entendu parler de la blessure de Virimi Vakatawa, j’ai eu un appel et on a fait nos valises, avec ma femme et mes enfants, qui avaient eu du mal à se faire à la vie au Pays basque. Vous savez, le Racing est une équipe que je suis depuis de longues années, depuis l’époque des Carter, Laulala et Rokocoko, en fait…" À cet instant de l’entretien, il marquait une pause, poursuivait : "L’environnement est ici incroyable. Je n’ai qu’à être moi-même, qu’à penser au rugby. Au club, on s’occupe même de mon linge ! Alors, j’essaie juste de rendre aux gens du Racing la confiance qu’ils m’ont donnée." Et il le fait pour l’instant si bien qu’aujourd’hui, le Racing, qui a remis une partie de son salut immédiat entre les pognes du Kiwi, songe sérieusement à rallonger son bail dans le 92 d’une ou deux saisons supplémentaires…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?