Top 14 - Au CO, l’esprit olympien est vivace

  • Au CO, l’esprit olympien est vivace.
    Au CO, l’esprit olympien est vivace. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Si Castres n’a pas été en mesure de ramener des points de son déplacement dans le Var, les Tarnais ont trouvé des certitudes dans leur collectif et sur l’état d’esprit. De bon augure.

Avec treize changements par rapport à la composition victorieuse face à Bayonne, samedi dernier, le vice-champion de France en titre avait envie de voir s’il avait de la ressource. Avec son escouade de Toulonnais en tête (Le Brun, Zeghdar, Vanverberghe), la réponse était positive au sortir de Mayol : "Je suis fier des garçons et de leur comportement, a salué Broncan. On avait des mecs avec peu de temps de jeu et qui ont matché et qui auront un rôle à jouer. On a fait trop de fautes pour espérer plus. Mais, on a donné une belle image du Castres olympique."

Pourtant, au moment de regagner les vestiaires (22-10), le CO semblait être dans les cordes malgré un phénoménal Arata, auteur d’un essai de filou après un exploit en l’air de Zeghdar (16e). "À la pause, on s’est dit de ne pas lâcher, et qu’il fallait les faire douter, a lâché Thomas Combezou. Il n’y avait que douze points, et on se sentait capables de remonter. On a su rester ensemble pour être dans le match jusqu’au bout. On peut être fiers. C’est juste regrettable de ne pas ramener de point…"

Kornath, l’action de la discorde !

Dans le bus du retour, le houblon avait bien le goût de l’amertume. Après un numéro de Le Brun pour envoyer Larregain à l’essai, et six points au pied de l’ouvreur natif de Hyères, les Bleu et Blanc étaient proches de renverser la table (22-20, 55e).

Trop indisciplinés, les équipiers de Babillot sonnaient le glas de leur espoir. À la suite d’un plaquage haut sur Alainu’uese, Kévin Kornath écopait même d’un carton rouge (72e), permettant à Serin de repousser les siens en dehors du bonus défensif (28-20).

Dix minutes auparavant, Bastareaud était passé à travers les gouttes après un plaquage jugé du même acabit par les Tarnais. "Il y a deux faits de jeu en deuxième période. Un qui est sanctionné, l’autre pas, a soufflé Combezou. Ça aurait pu tourner en notre faveur. On aurait pu garder le bonus défensif. Ce n’est pas dramatique car l’équipe a montré des valeurs collectives importantes pour la suite." Et c’était bien là l’essentiel pour les Castrais.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
M. Me.
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?