Top 14 - Racing 92 : du bon, du beau, du grand Russell !

  • Du bon, du beau,  du grand Russell !
    Du bon, du beau, du grand Russell !
Publié le

Auteur d’un match époustouflant face à Montpellier samedi, Finn Russell est peut-être en train d’écarter de son chemin ses plus vieux démons… Mais cela a-t-il suffi à convaincre ses dirigeants ?

Gregor Townsend, le sélectionneur écossais, dispose-t-il d’un squad à ce point étoffé pour se permettre d’écarter Finn Russell de la prochaine tournée d’automne ? Ou alors, le meneur de jeu du Racing paye-t-il ici la froideur historique de ses relations avec ledit Gregor ? Impossible à dire. Mais à l’heure où s’apprêtent à démarrer les tests de novembre, on se demande simplement si l’Ecosse n’aurait pas grandement besoin des services du meilleur animateur d’Europe. Franchement ? Samedi, contre les champions de France montpelliérains, le demi d’ouverture écossais a en effet réalisé une performance majuscule, menant l’attaque francilienne de façon parfaite, occupant le terrain avec pertinence, offrant une passe décisive de trente mètres à Juan Imhoff et terminant même la rencontre avec, accroché aux pompes, un 7 sur 8 aux tirs au but…

À Paris-La Défense-Arena, les 13 500 spectateurs présents ont donc constaté avec nous que Finn Russell, en fin de contrat avec le club francilien, est actuellement dans une forme éblouissante : "Il est de retour aux affaires et nous amène toute sa magie, disait Francis Saili après la rencontre. J’étais moi aussi un peu surpris de ne pas le voir dans la liste du groupe écossais mais c’est une bonne nouvelle pour nous, n’est-ce pas ? De toute façon, son premier enfant va voir le jour dans quelques semaines et Finn a sûrement d’autres choses en tête, en ce moment…" Au sujet de son maître à jouer, Laurent Travers appuyait : "Ces derniers temps, Finn a pris conscience de ce qu’il lui manquait pour être au-dessus du lot et depuis, il est vraiment très performant. Mais contre Montpellier, Finn Russell a avant tout transformé le bon travail réalisé par notre paquet d’avants : comme on dit, ce sont les gros qui décident de gagner le match et ce sont les trois-quarts qui décident du score…"

Va-t-il prochainement sceller les dossiers Jalibert et Barrett ?

Mais alors, ce genre de performance peut-elle convaincre les dirigeants du Racing de prolonger le bail de l’Ecossais dans les Hauts-de-Seine ? Et Russell va-t-il prochainement sceller les sorts de Matthieu Jalibert ou Beauden Barrett, un temps envisagés comme ses possibles successeurs ? Si rien n’est encore acté, le profil de l’Ecossais plaît au futur manager du club, Stuart Lancaster, lequel verrait plutôt d’un bon œil de collaborer avec Finn Russell, ancien Lion britannique et titulaire lors des huit matchs disputés par les Franciliens cette saison. "Les quatre premières années que j’ai passées ici, nous disait récemment le bon Finn, je les ai vécues seul. Je rentrais à la maison après l’entraînement, je vivais ma petite vie mais j’étais seul… Je n’ai pas vraiment souffert de cette solitude mais c’était devenu un peu routinier, quoi… La vie de famille qui m’attend bientôt me comblera de bonheur et j’ai envie que mon enfant découvre ce pays merveilleux et en apprenne la langue". Allo, Jacky ? Quelqu’un a visiblement un message à vous faire passer…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?