L'Aviron bayonnais fait un premier écart sur la zone rouge

  • Les Basques de Gaëtan Germain, qui perce ici la défense catalane, ont eu quelques frayeurs contre l’Usap mais ont fini par remporter une victoire essentielle.
    Les Basques de Gaëtan Germain, qui perce ici la défense catalane, ont eu quelques frayeurs contre l’Usap mais ont fini par remporter une victoire essentielle. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

En restant invaincus à domicile, les Bayonnais ont réalisé un premier trou significatif sur la zone orange et rouge.

L’enjeu était énorme pour l’Aviron bayonnais. Le manager de la formation basque, Grégory Patat, ne le cachait pas au micro de Canal + avant la rencontre. La venue de Perpignan à Jean-Dauger était "un match à huit points" dans le championnat du maintien que dispute l’Aviron pour son retour en Top 14. Un message qui avait infusé toute la semaine puisque le trois-quarts centre Guillaume Martocq avait aussi insisté sur ce point la veille de cette confrontation face à l’Usap : «Nous restons le promu. C’est un match qui est primordial pour notre saison. C’est un match à huit points. Il faut le gagner absolument.» À la fin de la rencontre, les Basques ont quasiment donné raison à leur manager puisqu’ils comptent maintenant sept points d’avance sur leurs victimes de cette 8e journée, qui marque un premier tournant dans la course au maintien.

Place à Toulouse sans les internationaux

En effet, l’Aviron bayonnais bénéficie aussi des nouveaux revers de la Section paloise et de Brive pour s’offrir un premier petit matelas d’avance sur la zone de relégation. C’est le premier écart significatif puisque les Basques se retrouvent hors de portée d’une victoire bonifiée des trois dernières équipes du championnat. La course par élimination commence à faire des premiers dégâts et le peloton, jusqu’ici groupé, est en train de s’étirer. Surtout, Grégory Patat était conscient de ne plus avoir entre les mains la patate chaude de la pression négative, celle qui peut entraîner une fatale sortie de route mentale : «Nous en sommes encore au début. Il vaut mieux travailler dans des conditions favorables de victoires que d’avoir mal à la tête par rapport à une contre-performance. Battre Perpignan était important sur le plan comptable. J’en avais parlé avant le match, ce n’est pas une bouffée d’oxygène mais c’est de la cohérence par rapport à tout ce que nous faisons et c’est hyper important de mettre ces équipes à une marge de points comme celle-là. Parce qu’on va continuer à avancer mais ça va leur exercer une pression supplémentaire par rapport à leur parcours. Se retrouver à sept points désormais va leur mettre la pression au moment de recevoir Lyon la semaine prochaine.

De son côté, l’Aviron peut préparer la venue du Stade toulousain sans trembler. Les Basques ont maintenant un joker. Il est certain qu’ils vont essayer de le garder en main le plus longtemps possible et que la venue à Jean-Dauger des hommes d’Ugo Mola sans un grand nombre de ses internationaux peut apparaître comme une opportunité intéressante. Néanmoins, ils sont déjà certains de passer le week-end prochain en dehors de la zone rouge malgré la réception du leader du championnat.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas AUGOT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?