L’Italie écrit son histoire et défiera la France

  • L’Italie écrit son histoire et défiera la France
    L’Italie écrit son histoire et défiera la France PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le

Auteures d’un parcours jusqu’ici correct, les italiennes, futures adversaires des Françaises en quarts de finale se sont donné quelques frissons face aux Japonaises. Elles décrochent néanmoins leur première qualification en coupe du monde.

Avant cette rencontre, les Japonaises n’avaient plus rien à espérer dans cette compétition. Balayées à deux reprises par le Canada (41-5) et les États-Unis (30-17), les Nippones abordaient ce dernier match avec la simple envie de bien faire. Tout le contraire de l’Italie qui, avec une seule victoire contre les États-Unis, avait cruellement besoin d’une nouvelle victoire pour passer en quarts. Et pourtant, ce sont bien les Nippones qui ont failli tout faire perdre aux Transalpines… À la 66e minute de jeu, le tableau d’affichage du Waitakere Stadium d’Auckland n’indiquait qu’une mince avance de trois points en faveur des Italiennes (11-8). Une pénalité de la centre Sillari et un essai en force de la talonneuse Bettoni en toute fin de rencontre rendirent le score un peu plus flatteur en faveur des futures adversaires des Bleues en quarts de finale, mais sur le fond, le sélectionneur Andrea di Giandomenico ne s’y trompait pas : «Je suis très heureux de notre qualification pour les quarts de finale, mais je ne suis pas très satisfait de notre performance globale. Nous avons perdu le contrôle du match. En ce sens, je félicite le Japon pour son excellente performance. Nous devons travailler dur pour notre prochain match car nous ne pouvons pas perdre la possession du ballon comme ça, nous devons nous assurer de ne pas faire d’erreurs.» Même écho du côté de la pilier Silvia Turani : «Nous ne sommes pas très satisfaites de la façon dont nous avons réagi pendant le match. Nous savons que ce n’était pas notre meilleure performance, mais dans des moments comme celui-ci, lorsque vous êtes confrontées à des difficultés, vous mesurez la force de votre équipe pour être capable de réagir à celles-ci. L’important, c’est que nous sommes restées unies.»

17 pénalités concédées

Et des erreurs, les Italiennes en ont commis. Dix-sept précisément, comme le nombre de pénalités concédées sur l’ensemble du match. Gênées par l’agressivité des Japonaises sur les plaquages et dans les zones de ruck, les Italiennes ont été sous pression. Idem dans le camp adverse, où elles ont rendu pas moins de onze possessions rendues. Mais qu’importe. L’Italie a réalisé son rêve de qualification pour la première fois de son histoire : «Être la première équipe italienne à se qualifier pour les quarts de finale représente beaucoup pour nous, souriait Turani. Je sais que beaucoup de filles ici jouent depuis dix ou quinze ans et que les entraîneurs font de même, donc ça compte énormément. Nous sommes très fières de ce parcours : nous n’avons pas réussi à nous qualifier à plusieurs reprises, mais maintenant nous sommes là, et ce sera une source d’inspiration pour la jeune génération de joueuses qui nous regardent depuis chez elles.» 

Il ne faudrait pas que ces dernières voient aussi leurs idoles se hisser en demi-finale, après une victoire contre la France… Pour les Bleues, l’heure de la revanche de Biella a sonné.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Simon Valzer, envoyé spécial
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?