Oscar d'Or : qui pour succéder à Antoine Dupont ?

  • Le palmarès
    Le palmarès
  • Qui pour succéder à Antoine Dupont ?
    Qui pour succéder à Antoine Dupont ?
  • Qui pour succéder à Antoine Dupont ?
    Qui pour succéder à Antoine Dupont ?
  • Qui pour succéder à Antoine Dupont ?
    Qui pour succéder à Antoine Dupont ?
  • Qui pour succéder à Antoine Dupont ?
    Qui pour succéder à Antoine Dupont ?
  • Qui pour succéder à Antoine Dupont ?
    Qui pour succéder à Antoine Dupont ?
Publié le

Le demi de mêlée toulousain a raflé les trois derniers Oscars d’Or Midi Olympique. Mais cette année, plusieurs joueurs sont de sérieux prétendants à la prestigieuse récompense individuelle.

La 69e cérémonie des Oscars Midi Olympique pourrait être historique. Ce lundi, l’un des vingt-huit nommés au titre de meilleur joueur français sera récompensé par l’Oscar d’Or. Après trois ans d’hégémonie Dupont, le prestigieux trophée accueille cette année une myriade de prétendants. La saison 2021-2022 fut un puits sans fond de plaisirs entre le grand chelem réalisé par le XV de France, le sacre européen de La Rochelle et le Brennus pour Montpellier. Un temps première nation mondiale pour la première fois de son histoire, la France a montré l’étendue de ses talents à un an de "son" Mondial. Et derrière le capitaine Dupont, qui visera un quatrième Oscar d’affilée, la concurrence fait rage pour s’adjuger le prix. Trois candidats seront particulièrement scrutés entre Clermont, Toulouse et La Rochelle.

#OscarsMidol

Les invités arrivent petit à petit, la cérémonie commence à 20h30 ! \ud83c\udf89 pic.twitter.com/CWqLWNQsyW

— Midi Olympique (@midi_olympique) October 24, 2022

Grégory Alldritt, la force dorée

Un ancien du FC Auch en cache un autre. À côté du capitaine des Bleus, Grégory Alldritt a réalisé la plus grande saison de sa jeune carrière, à ce jour. Le numéro 8 rochelais n’a jamais baissé de régime au cours d’une saison aussi belle que harassante pour son organisme : vingt-huit titularisations en trente matchs, plus de deux mille minutes au compteur et une activité toujours aussi remarquable. Les percussions destructrices et le travail défensif colossal du Rochelais ont été indispensables aux succès des Maritimes et du XV de France. Sous le maillot des Bleus, Alldritt n’a plus connu la défaite depuis mars 2021, en Écosse. Titulaire indiscutable du groupe des "chelemards", le numéro 8 casqué est encore monté d’un cran par rapport aux saisons précédentes. Il est un prétendant plus que légitime à l’Oscar d’Or. Capitaine du Stade rochelais champion d’Europe face au grand Leinster, le troisième ligne jaune et noir a déjà marqué l’histoire de sa ville et du XV de France. En demi-finale de Champions Cup, déjà, Alldritt avait fait parler sa puissance pour inscrire un essai vital pour la qualification. Auréolé de deux titres, le Gersois de naissance n’a toutefois rien pu faire pour empêcher Toulouse de se qualifier en demi-finale du Top 14.

Romain Ntamack, gestionnaire en chef

Dans un style radicalement différent, l’ouvreur du Stade toulousain est lui aussi parmi les favoris à l’Oscar d’Or. Comme son rival rochelais, Romain Ntamack a passé un cap lors de cette saison 2021-2022. De septembre à juin, le numéro 10 a plané sur le jeu rouge et noir. Certes, Toulouse n’a pas soulevé de trophée mais c’est paradoxalement la saison où Ntamack est devenu incontournable. Constamment exposé, l’ouvreur n’est jamais passé à travers lors d’un match important. Si le public garde en mémoire sa chevauchée fantastique face aux All Blacks, la sérénité et la maîtrise de Romain Ntamack ont également permis aux Bleus de grandir. Le numéro 10 français a disputé l’intégralité des cinq rencontres du Tournoi. En concurrence avec Matthieu Jalibert, le Toulousain a pris une longueur d’avance sur le Bordelais en s’imposant comme le premier stratège de la ligne de trois-quarts française. Mais le point noir de l’ouvreur est collectif. Les Rouge et Noir sont tombés deux fois en demi-finale (Champions Cup et Top 14) et n’ont pas pu conserver leurs titres. Ces échecs seront-ils décisifs pour la nomination de l’Oscar d’Or ?

Damian Penaud, l’indispensable tourbillon

Électrique, dynamiteur, fantasque… Les qualificatifs commencent à manquer pour définir Damian Penaud. L’Ovni de Clermont a prouvé la saison dernière qu’il était absolument indispensable aux victoires de l’ASM. Incontrôlable ballon en main, l’ailier auvergnat est sans doute le joueur le plus essentiel à son club parmi les prétendants à l’Oscar d’Or. La saison passée a montré deux équipes clermontoises : avec et sans le Tricolore. Auteur de vingt essais toutes compétitions confondues, le Briviste de naissance s’est offert le titre honorifique de meilleur marqueur français de la saison. Ses coups d’éclat ont permis à de nombreuses reprises de déclencher ou conclure des actions décisives pour l’ASM et le XV de France. L’ailier "chelemard" pourra néanmoins regretter de ne pas avoir pu prendre part aux joutes des phases finales avec Clermont, le privant de briller une énième fois. Sa place parmi les favoris au prestigieux trophée de Midi Olympique tient essentiellement à l’importance presque unique d’un joueur dans un système. Presque, derrière le quatrième favori.

Antoine Dupont, pour le quadruplé

Au milieu du colosse rochelais, du métronome toulousain et de l’extraterrestre clermontois, Antoine Dupont est également favori à sa propre succession. Élu meilleur joueur du monde par World Rugby, le demi de mêlée rouge et noir a gagné des galons en bleu. Capitaine de la première équipe de France titrée depuis 2010, le Toulousain a accentué sa patte sur le jeu des Français et de son club. Depuis qu’il a le brassard en bleu, Antoine Dupont n’a jamais connu la défaite en sélection. Si la saison "blanche" du Stade toulousain pourrait peser en sa défaveur, l’ancien Castrais n’a pas d’équivalent dans le monde. Bardé de prix du meilleur joueur par le Tournoi des Six Nations, Canal + ou Midi Olympique, Antoine Dupont n’a jamais baissé de régime la saison dernière. Malgré son utilisation méticuleuse et ciblée par Ugo Mola, le numéro 9 toulousain ne compte pas abandonner son Oscar d’Or. S’il venait à remporter le prix pour la quatrième fois d’affilée, Antoine Dupont égalerait Serge Blanco, seul joueur à avoir réussi pareil exploit, entre 1989 et 1992. L’occasion, une nouvelle fois, de marquer l’histoire de son sport et de monter à des sommets jamais explorés.

Clément Labonne
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?