Simon Meka (Carcassonne) : « Psychologiquement important d’abandonner la dernière place »

  • Simon Meka (Carcassonne) : « Psychologiquement important d’abandonner la dernière place »
    Simon Meka (Carcassonne) : « Psychologiquement important d’abandonner la dernière place » Icon Sport - Icon Sport
Publié le

L’ancien espoir du Castres olympique a honoré sa quatrième feuille de match en tant que titulaire. Vendredi soir, le jeune tarnais formé au Canton d’Alban revient sur ce succès très important pour l’avenir de l’USC.

Quel sentiment domine après ce premier succès bonifié de la saison ?
Tout d’abord, nous sommes soulagés. Après la victoire face à Béziers, nous étions sur une série négative de quatre défaites, dont l’avant-dernière à domicile face à Massy a été mal vécue par l’ensemble du groupe. En quatre rencontres, nous n’avons pris qu’un point. Il était urgent de réagir, voilà pourquoi ce succès nous tenait à cœur. Ce soir (interview réalisée vendredi), une immense joie nous envahit. Il y a la satisfaction du succès bonifié, de la manière et de ne pas avoir encaissé d’essai. On vient également d’apprendre que nous avons abandonné la dernière place, ce qui est psychologiquement très important.

Au regard de la rencontre, vous avez dominé Aurillac dans le secteur de la touche. Je présume que vous avez travaillé ce secteur de jeu ?
Au retour du match d’Angoulême, on a analysé les raisons de notre défaite. Nous avons péché dans la conservation du ballon où nous avons rendu vingt ballons à notre adversaire. Il était impératif de résoudre ce problème. Dans la mise en place de cette rencontre, Mathieu Cidre avait également insisté sur l’alignement d’Aurillac. Tout au long de la semaine, nous avons insisté sur ce secteur de jeu. Cet investissement s’est avéré fructueux.

Dorian Jones est entré à l’ouverture à l’heure de jeu. Un poste où l’USC est en souffrance en ce moment. Quel est votre point de vue sur sa prestation de fin de match ?
Précisons que Damien Anon a fait une bonne prestation à ce poste. Rappelons que c’est un demi de mêlée de formation. Quand Dorian est entré, il a amené de la fluidité dans le jeu. Il a un excellent jeu au pied. Son retour ne peut être que bénéfique au groupe.

Vendredi prochain, vous vous mesurerez à Oyonnax, actuellement euphorique. Que vous inspire cet adversaire ?
Oyonnax, c’est un jeu bien huilé, une excellente équipe du Pro D2 qui se qualifie régulièrement pour la phase éliminatoire. Nous allons passer un test très intéressant face à une formation qui fait partie des favoris de ce championnat. Oyonnax est revenu victorieux de Béziers. Vendredi soir, on aura du pain sur la planche.

Dans quel état d’esprit, allez-vous aborder cette rencontre ?
Après ce succès face à Aurillac, on a acquis un peu plus de confiance, de sérénité. Cette victoire à cinq points nous enlève une pression négative. Dans les vestiaires, nous venons d’en discuter avec l’encadrement. Il est hors de question d’aller à Oyonnax en victime.

Ce vendredi, vous avez remporté votre première victoire sous les couleurs de l’USC (il n’était pas sur la feuille lors des victoires face à Béziers et Montauban). À qui allez-vous dédier ce succès bonifié ?
Avant de rejoindre l’association du Castres olympique, j’ai été formé à l’école de rugby du Canton d’Alban. Actuellement, le club évolue en Fédérale 3. L’an dernier, il a manqué l’accession en Fédérale2. C’est un petit village qui vit autour du rugby. Alban incarne le vrai rugby. Les dirigeants et les éducateurs sont extraordinaires. À Alban, je n’ai que d’excellents souvenirs. Cela me fait plaisir de dédier cette victoire au Canton.

Propos recueillis par Didier NAVARRE

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?