Elite 1 - Les Villeneuvoises de retour après des difficultés ?

  • La joueuse belge Nelly Pien fait partie du renouveau de l’équipe nordiste, qui s’est bien relancée en Coupe de France.
    La joueuse belge Nelly Pien fait partie du renouveau de l’équipe nordiste, qui s’est bien relancée en Coupe de France. Photo Jean-Philippe Théry - Photo Jean-Philippe Théry
Publié le

Les deux premiers succès des Villeneuvoises en Coupe de France laissent penser qu'elles ont peut-être surpassé leurs difficultés...

Les Villeneuvoises viennent de se distinguer en passant un énorme carton à leurs homologues de Chilly-Massy, et pour la première fois depuis des lunes, elles ont aussi battu les Montpelliéraines. C’était la Coupe de France, et le championnat qui démarrera le 11 novembre à la fin de la Coupe du monde, leur réservera un "parcours de combattante" un peu plus compliqué. Il faudra échapper à la dernière place dans un groupe composé de Blagnac, Grenoble, Lyon, Bobigny, et Montferrand. Pour ces Nordistes qui s’étaient sauvées in extremis lors de la dernière journée, le défi sera réel. Si bien que ces deux succès inauguraux en Coupe "pam-pam" ont agi sur elles comme baume de confiance. «Cela fait trois saisons que nous avons lancé notre projet sportif, apprécie la coentraîneur Alex Pertus, l’une des historiques des "Putains de Nanas". Nous avons formé et pérennisé le groupe. Ces premiers résultats de la saison illustrent une continuité. Nous voulons réécrire une page du rugby féminin dans le Nord comme nous l’avons fait par le passé.» À l’intersaison, pour cimenter cette cohésion retrouvée, la progression sportive a été soutenue par un réalignement de l’identité de l’équipe sur celle du club.

Retour au bercail

Élue la saison dernière présidente de ce club mixte – les garçons jouent en Fédérale 3 – l’ancienne internationale Laura Di Muzzio a organisé le changement de nom. On ne parle plus du LMRCV, qui induisait une confusion avec une identité lilloise supposée, mais de "Stade villeneuvois. «Le club s’appelait comme cela au départ à sa création en 1972, explique la présidente. Nous avons voulu nous recentrer sur notre identité locale et sur notre cohésion. Le stade villeneuvois, c’est la famille, c’est là où on se retrouve». Et les dirigeants de nommer "SV Family" leur stade de Villeneuve complètement rénové il y a trois ans, d’organiser des grands repas du vendredi soir entre toutes les sections, de changer les maillots pour y faire figurer les quatre piliers du club, ou de faire encadrer toutes les équipes de jeunes par au moins un joueur en activité. «Il fallait se relancer en construisant une continuité de l’école de rugby jusqu’au seniors, explique Laura Di Muzzio. À en juger par les premiers résultats de l’équipe féminine, pour l’instant, la recette fonctionne.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?