PRO D2 - Maîtrise et discipline pour Rouen

  • Pour gagner en crédibilité Rouen doit gagner des matchs. L’arrière Peter Lydon devra défendre son stade ce soir face au Biarritz olympique.  Photo Icon Sport
    Pour gagner en crédibilité Rouen doit gagner des matchs. L’arrière Peter Lydon devra défendre son stade ce soir face au Biarritz olympique. Photo Icon Sport
Publié le

Comme dans un roman d’anticipation, Rouen aimerait bien être à ce soir, pour en savoir un peu plus sur son potentiel. N’ayez crainte, le RNR va mettre les ingrédients à un vrai bon match de rugby pour faire honneur à la venue de Biarritz.

C’est plus dans la veine de Master and Commander que dans celle de Stupeur et Tremblements que cette association de mots est présentée. Car Rouen le sait maintenant, c’est une équipe qui peut embêter tout le monde à partir du moment où elle met le curseur au bon endroit. La maîtrise peut encore lui faire défaut, quant à la discipline c’est de mieux en mieux même si cela reste lié aussi en grande partie à l’homme en vert. Biarritz, on connaît, c’est un gros morceau, une montagne même selon les mots de Renaud Dulin, le responsable des lignes de trois-quarts. "Descendant du Top 14, ça veut dire pour eux, y retourner vite. On ne doit pas être une victime, avant même de jouer. On doit rivaliser, être sérieux, on a fait en sorte cette semaine de bien récupérer, physiquement et mentalement. L’aspect psychologique est important." En effet il ne faudra pas jouer le match avant, et envoyer fort et propre, faire fi des éléments extérieurs qui peuvent être en défaveur du Rouen Normandie Rugby. "Sur le contenu, ce sera complètement différent que face à Angoulême. On doit se centrer sur nous, ce qu’on veut faire, avec nos hommes et nos armes. Intelligence tactique, et adaptation à l’adversaire."

Multiplier les performances

Car Biarritz vient pour enchaîner et faire le coup de la journée à Rouen, mais vacances oblige, il faudra aussi affronter un public jeune et bruyant, plus nombreux, chauffé à blanc, et ça peut faire une différence. Après dix-huit mois de présence du staff, on peut voir que Rouen a observé et avancé, rendant une image de rugby positif, mais manque encore de visibilité. Ça avance doucement mais c’est de plus en plus solide. "On n’a pas l’histoire ni la légitimité de certains clubs, mais on progresse tous les mois. On tient à avoir la capacité de tenir le ballon, et valider nos forces. On sait où on veut aller, moi je suis originaire du sud ouest, Rouen n’a pas l’image qu’elle devrait avoir, on n’a pas d’armoires à trophées", conclut le technicien. Certes Rouen n’a pas beaucoup de trophées, ça évite au moins qu’ils prennent la poussière, mais Rouen veut avoir un avenir par contre, où son image sera établie et respectée. Pour cela, Rouen a besoin de multiplier les performances et quelle meilleure occasion que la venue de l’historique Biarritz. "C’est une équipe très forte sur tous les points importants du Pro D2, on doit défendre notre stade. Pour gagner de la crédibilité, il faut gagner des matchs, car on peut aussi se remettre à perdre. Ça va très vite d’un sens à l’autre, donc on doit être au point en maîtrise et en discipline, qui sont les deux mamelles de ce sport à haut niveau", avoue sereinement Mathieu Bonnot, le talonneur. Donc rendez vous est pris pour ce qui pourrait être le gros match de Rouen pour cette fin d’année 2022 à domicile, car une victoire ouvrirait à d’autres espoirs.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gaël LECOEUR
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?