Top 14 - Yvan Reilhac (Pau) en quête de renaissance

  • Arrivé mi-septembre à la Section paloise, Yvan Reilhac veut démontrer qu’il n’a rien perdu de son talent.
    Arrivé mi-septembre à la Section paloise, Yvan Reilhac veut démontrer qu’il n’a rien perdu de son talent. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Arrivé mi-septembre à la Section paloise, Yvan Reilhac veut démontrer qu’il n’a rien perdu de son talent.

Il n’a pas hésité une seule seconde quand la Section a fait part de son intérêt début septembre. Yvan Reilhac est allé voir Philippe Saint-André pour demander son accord et il a fait ses valises pour le Béarn. « Ça faisait un petit moment que j’étais malheureux entre guillemets à Montpellier car c’était vraiment dur de ne pas être dans les plans du coach et sentir que je ne faisais pas partie du projet du club. Quand j’ai eu l’opportunité de venir à Pau, je suis parti direct. » Le jeu pratiqué par la Section et le discours de Sébastien Piqueronies ont permis de couper le cordon avec son club formateur après sept saisons avec l’équipe professionnelle. « Faire partie d’un projet, c’est le plus important pour moi. À Montpellier, j’étais le dernier choix donc c’était compliqué à vivre car j’ai connu le très haut avant de vite descendre très bas. C’était dur à vivre. J’avais eu quelques opportunités lors des précédentes intersaisons mais j’avais envie de me laisser une dernière chance avec Montpellier. Mais en début de saison, j’ai compris que ma situation ne changerait pas. » Pourtant Yvan Reilhac a longtemps été considéré comme un grand espoir du rugby tricolore, frappant à la porte des Bleus notamment en janvier 2020, appelé dans le groupe France élargi pour préparer le Tournoi des 6 Nations. Depuis son temps de jeu a chuté : « On nous apprend pas très bien à arriver vers le sommet mais alors on nous apprend encore moins à faire une chute d’une falaise. Ça n’a pas été simple mais heureusement j’étais très bien entouré à Montpellier avec ma copine, ma famille et mes amis d’enfance. Ils ont vraiment été présents même si je ne montrais rien en arrivant à l’entraînement. Je me donnais à fond et je ne montrais pas forcément mes états d’âme. »

« Ressentir le jeu »

Le trois-quarts centre veut maintenant retrouver du plaisir et de la confiance : « En arrivant, il a fallu que je retrouve des sensations notamment au niveau de mon épaule après ma blessure en amical face à Lyon. Il fallait que je retrouve la forme et du temps de jeu. Maintenant, je dois retrouver le rythme des matchs pour arriver à ressentir le jeu. Je sais que je vais monter en puissance même si je pensais que ça reviendrait plus vite. Ça prend plus de temps que prévu, mais je travaille dur pour retrouver mon meilleur niveau. » Une motivation qui transpire dans sa voix, alors qu’il sera en fin de contrat en juin prochain : « Je vois beaucoup à court terme pour l’instant. Ma priorité est de jouer, de retrouver du plaisir d’être sur le terrain et de se sentir important dans l’effectif. Sur le long terme, j’arrive en fin de contrat et ça fait un an et demi que je ne joue pas énormément, donc mon image a changé. Je n’ai plus l’embarras du choix que j’ai pu connaître avant. Je dois montrer dans les prochains mois que je suis toujours capable de faire des choses intéressantes sur un terrain. Je viens de très bas et j’ai hâte de pouvoir apporter ma pierre au projet palois. L’équipe et la ville me plaisent, maintenant je sais que je dois être performant en match. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?