Pro D2 - Massy, contre vents et marées

  • Les Franciliens ont arraché leur troisième succès de la saison au biut d'un match dont le déroulement ne leur à pas du tout été favorable. 
    Les Franciliens ont arraché leur troisième succès de la saison au biut d'un match dont le déroulement ne leur à pas du tout été favorable.  Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les Franciliens ont arraché leur troisième succès de la saison au biut d'un match dont le déroulement ne leur à pas du tout été favorable. 

Cette équipe de Massy a pris l’habitude de remporter les matchs les plus mal engagés, tout en ne sachant pas saisir les grandes opportunités de victoire les plus à sa portée. Toutes les conditions étaient réunies pour faire tomber Nevers lors de la troisième journée, sans qu’elle y parvienne. Elle aurait du céder chez elle contre Provence, réduite à treize contre quinze, mais n’avait pas cédé. Elle s’est imposée à Carcassonne en situation d’infériorité numérique. Elle a perdu chez elle contre Béziers dans des conditions impensables. Et dans le fond, cette troisième victoire de la saison arrachée contre Mont-de-Marsan, n’a pas échappé à cette règle. Réellement, tout était réuni en pratique pour créer un échec invraisemblable. Les Montois n’ont guère existé. Excepté une petite domination en mêlée fermée exercée au début, un contre en touche assez efficace, et deux accélérations collectives, les Landais sont passés à côté de leur sujet. « On n’a pas mis l’engagement nécessaire », a résumé Stéphane Prosper. Et pourtant, ils ont manqué de renverser la table. Les Massicois, qui les ont dominés dans le jeu courant, se sont autant sabordés, qu’ils furent victimes de décisions arbitrales difficiles à comprendre.

« Sans commentaire »

Le sabordage ? Dès la première seconde de jeu, on ne sait pourquoi, l’excellent Corentin Chabeaudie a soulevé son ailier Nathan Farissier pour saisir un renvoi qu’une personne de petite taille aurait attrapé à genou, le déséquilibrant et provoquant une sortie de balle foireuse sanctionnée ensuite d’une pénalité accordée aux Montois (0-3). Suivront immédiatement deux essais annulés à la vidéo pour deux en-avant de Nathan Farissier (10e) et Gaëtan Pichon (13e). Pour une équipe censément concentrée sur sa discipline et son devoir de réalisme, l’affaire partait vraiment mal, si bien qu’un mauvais pressentiment a commencé à parcourir les travées. Ce présentiment est devenu sentiment d’injustice quand le trio arbitral a cédé à des pulsions réglementaires soit trop pointilleuses, soit pas du tout assez. Dans le lot, on note que trois points ont été offerts aux Montois pour un hors-jeu de Corentin Chabeaudie, le talonneur marchant deux millimètres devant les siens à la poursuite d’un jeu au pied à cinquante mètres de la retombée du ballon (19e).

Un essai de pénalité évident a été refusé à Victorien Jacomme, retenu par le maillot sans ballon, alors qu’il se proposait à hauteur de Mathieu Guillomot à dix mètres de la ligne devant un désert de défenseur (77e). Une simple pénalité a été sifflée contre un Montois sur un grand coup d’épaule en guise de placage directement adressé à la base du coup du jeune Mamoudou Meïté (70e). La situation est devenue suffisamment grossière pour que le banc s’agite malgré des efforts évidents de méditation transcendantale. « Sans commentaire, ont décidé de ne pas commenter les coachs franciliens de façon unanime. Mais pour l’emporter, on peut dire ce soir que nous avons vraiment fait preuve d’une grande force de caractère. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?