Top 14 - Paris, un point après l’autre...

  • Top 14 - Jérémy Ward (Stade français)
    Top 14 - Jérémy Ward (Stade français) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

En arrachant un bonus défensif dans les arrêts de jeu, les Parisiens n’ont pas fini « à vide » pour la cinquième fois d’affilée. ce qui leur permet d’avancer.

Le Stade français pouvait-il espérer mieux ? Oui, d’évidence. En privant autant de munitions son adversaire, le club de la capitale était en mesure de s’offrir plus qu’un bonus défensif. Reste qu’à vingt minutes du terme, il était mené 20-6 et que le staff sait donc aisément s’en contenter. « C’est un beau point avec cependant quelques regrets », a joliment résumé Gonzalo Quesada après le match. Un directeur qui mesure combien ses hommes, « royaux en touche » selon ses termes, ont traîné comme un boulet l’essai encaissé dès la 7e minute. « On avait fait une bonne entame, on était disciplinés et en place mais Montpellier a scoré trop vite et trop facilement », expliquait-il. Revenus à quatre longueurs à la pause, ses hommes ont encore laissé le MHR s’envoler au retour des vestiaires, « après un coup de pied par-dessus dans nos quarante mètres qui ne s’imposait pas », dixit le directeur du rugby. Référence à l’initiative fatale de Nicolas Sanchez. N’empêche, en choisissant de prendre les trois points sur l’ultime séquence, le Stade français s’est assuré un bonus qui lui permet d’avancer et de demeurer à neuf longueurs de l’intouchable leader toulousain, chez qui il se déplacera samedi prochain. « On avait un historique là-dessus, notait le capitaine Paul Gabrillagues. L’an dernier, on avait fait l’inverse dans la même situation à Castres et cela s’était retourné contre nous. Ces points nous ont fait défaut. » Et Quesada d’ajouter : « Dans notre fonctionnement, on peut transmettre notre avis mais ce sont les joueurs qui décident et on y va avec eux. »

« On va rester calme »

Ce choix a permis de confirmer la tendance actuelle : ces récentes semaines, même quand il ne gagne pas, Paris engrange. Comme à Bordeaux-Bègles quand il avait aussi arraché un bonus défensif dans les arrêts de jeu. « C’est le cinquième match d’affilée où on prend des points, soulignait Quesada. Par rapport au parcours qui est le nôtre, je trouve que c’est pas mal.  Surtout que cette efficacité nouvelle permet de mieux s’exporter. « L’an passé, on ne ramenait rien de nos déplacements », illustre Gabrillagues. Et Quesada de conclure avec un sourire : « Vous pouvez continuer de dire que c’est du hasard, ça nous ira très bien. Vu d’où l’on vient, on va rester calme. » 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?