Top 14 - Perpignan tient encore ses promesses

  • Tristan Tedder a porté l’Usap face à Lyon en inscrivant un essai à la 23e minute et dix-huit points.
    Tristan Tedder a porté l’Usap face à Lyon en inscrivant un essai à la 23e minute et dix-huit points. Midi Olympique - Nicolas Parent
Publié le

Face à des Lyonnais revenus sur leurs talons à la fin de la rencontre, l’USAP gagne un succès précieux pour la suite du championnat.

Placés devant leurs responsabilités après l’échec frustrant de Bayonne, les Catalans disputaient une rencontre à hauts risques pour tenter de relever la tête. Pour casser aussi la dynamique négative du moment et déclencher une réaction d’ensemble. Et peu importe si les visiteurs avaient pratiqué un turn-over conséquent, la tâche s’annonçait ardue. La mission fut remplie avec passion comme toujours à Aimé-Giral, avec le panache caractéristique et les essais en contre sublimes, inscrits par les flèches Tedder et Deghmache notamment. David Marty a apprécié le comportement global : « C’est une récompense pour tout un groupe et vu que le résultat était impératif, on avance. » Une frustration évacuée en quelque sorte après quelques déconvenues et une fin de match encore au scénario improbable, il rajoute : « On a résisté, on a tenu nos engagements. Si on capitalise sur cet état d’esprit, on sera plus sereins pour la suite. » Avec un rythme imposé par des séquences au large soutenues, l’Usap termine les débats usée, une variable déjà entrevue dont le coach Marty évoque la rengaine : « On discute de tout et on se penchera sur nos lancements afin d’être le plus performants pour la suite. »

Les Usapistes ont scellé cette victoire dans le marbre avec une volonté collective à la hauteur de l’événement, une habitude.

Des idées et des points

Malgré une concurrence qui aiguise ses résultats, le contenu face à Lyon demeure forcément utile pour la suite. Mike Tadjer, le dynamique talonneur valide : « On s’est fait peur jusqu’à la fin par un manque de maîtrise et quelques erreurs d’appréciation, mais on poursuit notre chemin. On essaye de jouer un rugby ouvert et dans notre esprit, il faut perdurer dans cette voie et croire en nos capacités. » D’autant que les opportunités furent multiples avec des lancements d’une précision redoutable et de la vitesse dans les transitions.

Une expérience supplémentaire pour s’approprier un calendrier dantesque qui s’annonce comme le suggère David Marty malicieux : « Vous savez ici, on peut vous dire du jour au lendemain que nous sommes les rois, je connais la musique. Restons concentrés sur notre rugby, nos valeurs. Et je reste persuadé que nous avons les armes pour faire un grand coup loin de nos bases. » Le prochain déplacement au Racing 92 pourrait être une occasion d’inverser après tout, une tendance à l’extérieur avant les vacances imposées par la trêve internationale.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Rémy RUGIERO
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?