Top 14 - Une supériorité numérique traumatisante pour le Lou

  • Malgré une deuxième période intéressante qui a permis aux Lyonnais d’entrevoir un succès, Xavier Garbajosa ne retenait rien de positif de ce déplacement.
    Malgré une deuxième période intéressante qui a permis aux Lyonnais d’entrevoir un succès, Xavier Garbajosa ne retenait rien de positif de ce déplacement. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Malgré une deuxième période intéressante qui a permis aux Lyonnais d’entrevoir un succès, Xavier Garbajosa ne retenait rien de positif de ce déplacement.

Rien de positif à retenir. C’est l’aveu cinglant du manager lyonnais Xavier Garbajosa après cette défaite à Perpignan qui n’a cessé de répéter que son équipe n’avait pas maîtrisé les basques pour espérer autre chose qu’une défaite à zéro point. « Il n’y a pas de point positif avec une défaite à zéro point. Je leur demande d’aller en touche à 24 à 21 pour gagner le match. Les joueurs avaient sûrement raison de vouloir tenter la pénalité et mettre à l’abri le point de bonus défensif. C’est ma faute. Comme quoi, moi aussi je n’ai pas maîtrisé les basiques. Les Perpignanais ne nous ont pas laissé grand-chose et nous avons jeté les miettes […] Nous avons fait beaucoup de fautes et rendu des ballons. Nous n’avons pas maîtrisé notre zone de sortie de terrain et la zone proche de la ligne adverse. Nous avons beaucoup d’occasions, mais on ne marque pas, on s’épuise, on perd la confiance, on se met le doute avec deux essais sur interception, ça fait mal à la tête. »

Dix minutes qui n’ont pas été favorables

Surtout, les Lyonnais n’ont pas profité de leur supériorité numérique en première période. C’est d’ailleurs tout le contraire qui s’est produit. Ils ont certainement perdu le match pendant ces dix minutes qui auraient dû leur être favorable, en encaissant douze points. Le score était de 15 à 0 après avoir pourtant joué à quinze contre quatorze. Les Lyonnais ont certainement été destabilisés par le carton jaune infligé à Tom Ecochard, alors qu’ils s’attendaient à une exclusion définitive après avoir vu Davit Niniashvili s’écrouler à l’entrée des vingt-deux mètres catalans. Les Perpignanais, conscients d’être passés proche de la correctionnelle, ont su y trouver de la force alors que les Lyonnais se sont tétanisés, certainement par frustration. « Les décisions arbitrales ne nous aident pas à nous remettre la tête à l’endroit. Il y a ce carton jaune dont on peut rediscuter. Quand on nous demande de faire attention à la sécurité des joueurs, il va falloir m’expliquer comment cette action n’entraîne qu’un carton jaune. » La pause a permis aux Lyonnais de laisser aux vestiaires leur amertume. Mais, ils partaient certainement de trop loin pour espérer un épilogue heureux.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?