Top 14 - Défait de justesse à Bordeaux, Toulon était pourtant à son pied

  • Baptiste Serin a réalisé un très bon match dans son ancien jardin de Chaban-Delmas.
    Baptiste Serin a réalisé un très bon match dans son ancien jardin de Chaban-Delmas. Icon Sport
Publié le

Si le RCT a longtemps cru tenir son deuxième succès à l’extérieur de la saison, il le devait en grande partie à sa réussite au pied, et à son efficacité dans l’occupation du terrain. cela n’a pas suffi.

Si le RCT a fini par s’incliner, dans un match qui lui tendait les bras, c’est sûrement pour beaucoup de raisons, à commencer par une touche en difficulté. Mais sûrement pas à cause du point noir pourtant identifié depuis l’été dernier. Du moins, supposé… Il est question du jeu au pied qui, après les départs de Louis Carbonel et Anthony Belleau, posaient question du côté de la Rade. D’autant que, si Ihaia West est un excellent animateur, il n’est pas réputé pour la fiabilité de son pied droit. à tel point que, plutôt que l’ouvreur néo-zélandais, c’est son compère de la charnière Baptiste Serin qui a souvent hérité de la charge des tirs au but. Et ce n’est d’ailleurs pas anodin si Pierre Mignoni et Franck Azéma ont sondé le marché des numéros 10 depuis des semaines, jusqu’à obtenir l’accord du Gallois Dan Biggar, qui devrait rapidement débarquer. Biggar, tout simplement l’un des meilleurs joueurs de la planète au pied… Au-delà même de l’exercice face aux poteaux, ce Toulon-là fut plusieurs fois déficient dans l’occupation du terrain depuis le début de la saison, notamment en déplacement. L’une des raisons pour lesquelles, même si cette équipe a semblé monter en puissance au fil des sorties, elle n’avait jusque-là ramené qu’une seule victoire en déplacement, à Pau.

N’empêche, Biggar n’est pas encore arrivé et le RCT a pourtant su se montrer plus efficace dans ce secteur à Chaban-Delmas. Ce fut éloquent en première mi-temps, où le fameux West a trouvé des angles intéressants pour mettre la pression sur les Girondins et les renvoyer dans leur camp.

Salles, quel récital !

Moins à son aise après la pause, il fut d’abord relayé par Serin avant de trouver un sublime 50-22 peu après à l’heure de jeu, quand son équipe avait perdu l’avantage au score. Et que dire alors de la réussite de Thomas Salles, positionné à l’arrière ce dimanche soir ? à la base, il n’avait la responsabilité que des pénalités lontaines. Et son premier coup de pied (8e), situé à près de cinquante mètres, fut un modèle du genre. Serin ayant échoué sur son unique tentative de la soirée, le demi de mêlée a donc choisi de laisser buter son jeune coéquipier. Indéniablement, il a bien fait.

Car, si les Varois ont longtemps cru tenir leur deuxième succès à l’extérieur et se hisser à la deuxième place du classement, c’était en grande partie grâce à Thomas Salles et son pied droit diabolique. Auteur d’un six sur six, avec pourtant certaines pénalités et transformations situées en coin, l’ancien Aurillacois a livré son récital. Mais cela n’a donc pas suffi. La faute à un trou d’air en début de deuxième mi-temps qui s’est finalement avéré fatal. Il faut néanmoins reconnaître que, malgré la déception, Toulon n’a pas tout perdu.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérémy FADAT
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?