Top 14 - Les vertus de l’Urda-dépendance pour le CO

  • Urdapilleta a inscrit 19 des 26 points de Castres face à l'ASM.
    Urdapilleta a inscrit 19 des 26 points de Castres face à l'ASM. Icon Sport
Publié le

Face à Clermont, l’ouvreur argentin a une fois de plus délivré une prestation XXL. Auteur de 19 points sur 26, Urdapilleta est la clé de voûte du CO… Surtout quand il n’est pas là.

Un stade debout et des "Viva" retentissants. Tel un gladiateur romain, Benjamin Urdapilleta est sorti à huit minutes du terme, boitant sur sa magique jambe gauche. Pierre-Fabre pensait alors le match tué, rendant un énième hommage à son Argentin préféré. Après son récital réalisé contre Bayonne il y a deux semaines (22 points sur 39), le numéro dix tarnais a cette fois-ci dompté le vent avec maestria. Largement dominés dans l’occupation et la possession dans le premier acte, les Castrais ont pu compter sur la longueur au pied d’Urda’ pour respirer. Surtout, les rares entrées tranchantes dans le camp auvergnat ont toutes été sanctionnées par le pied de l’Argentin, qui inscrivait deux pénalités après vingt minutes de jeu. Avec le vent dans le dos, Benjamin Urdapilleta de chaque petite munition pour piquer ses adversaires de l’après-midi.

Dans le deuxième acte, ses coups de pied tendus ont éloigné l’ASM au score ; avec seulement un échec en cinq tentatives. Malgré un deux contre un "croqué" pour Julien Blanc, le Puma s’est offert le dernier essai castrais, assurant la victoire à ses hommes. Une nouvelle copie pleine pour le meilleur Tarnais de ce début de saison. « Benja’ c’est la classe sur et en dehors du terrain. Il est toujours décisif dans les moments durs et c’est pour moi la définition d’un grand joueur. Il a atteint un niveau incroyable, ce qui lui a permis de revenir avec l’Argentine. C’est une vraie chance de l’avoir », abondait Florent Vanverberghe à l’issue de la rencontre.

Une sortie et dix points encaissés

Castres semble plus que jamais être dépendant de son stratège latin. Face à Clermont, Pierre-Henry Broncan et son staff avaient décidé de se passer de Louis Le Brun, libéré par l’équipe de France. Sans ouvreur de métier sur le banc, Dumora a dû jouer les pompiers de service à l’ouverture.

Une adaptation en vitesse grand V qui a eu pour conséquence un retour foudroyant de l’ASM de dix points, avec une balle de match nul sur la sirène. Entre la sortie d’Urda à la 72e minute et un relâchement naturel des Castrais avec quatorze points d’écart, les Olympiens auraient pu se mordre les doigts. Les Tarnais sont évidemment capables de gagner sans leur balancier argentin, mais l’équipe n’est franchement pas la même lorsque Urdapilleta est là. D’autant que le Puma est sorti sur blessure et pourrait être très incertain pour le déplacement du CO à Lyon.

Selon les premiers examens réalisés par le staff médical castrais, l’ouvreur souffre du talon gauche. Non retenus dans le groupe, Louis Le Brun et Ben Botica devraient reprendre du service le week-end prochain, même si l’alternative du moment se nomme Julien Dumora. Mais à trente-six ans, Benjamin Urdapilleta est encore le taulier au poste d’ouvreur… Pour le meilleur et pour le pire.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Clément LABONNE,
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?