Top 14 - Paris a pris son envol

  • Joris Segonds (Stade français).
    Joris Segonds (Stade français). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après neuf journées de Top 14, l’alignement parisien affiche des statistiques impressionnantes. Une force à l’aube de défier le Stade toulousain.

D’abord, un constat. Dix ballons volés à l’alignement montpelliérain samedi dernier, ça force le respect. Le chiffre est pharaonique et dans la droite lignée de la saison dernière. Ensuite, quelques chiffres. Sur ses lancers, le Stade français affiche un taux de réussite digne d’une élection dans une république bananière : 87,2 %, ce qui fait de l’alignement parisien le plus performant du Top 14 sur les neuf premières journées de cette saison. Le constat est le même sur la défense aérienne. Les Stadistes sont parvenus à chiper 31,3 % des ballons adverses, soit le deuxième meilleur "contre" du championnat, juste derrière Brive (32,1 %). Surtout, le club de la capitale se montre extrêmement efficace près des lignes : sept essais inscrits sur ballon portés depuis le début de saison. "C’est d’abord un gros travail individuel des joueurs, souligne l’un des leaders de l’alignement Romain Briatte qui a pris une dimension supplémentaire. Après chaque match, après chaque séance, nous avons des retours individuels. C’est précieux. Mardi, on a bossé une heure sur la touche et nous avons reçu, dans la soirée, de la part de Laurent Sempéré chacun une vidéo avec l’intégralité de nos sauts, de nos lifts, de nos feintes. Il y a un sacré boulot fait par Laurent, qui est très tatillon sur les détails. Parfois, il nous embête un peu juste avec un appui qu’il ne juge pas bon, une main mal placée, mais on voit que ça paie."

La méthodologie est rodée, chacun y participe. L’ancien troisième ligne agenais explique : "Avant chaque rencontre, nous analysons la touche adverse. Il faut savoir que nous avons entre quinze et vingt touches différentes pour chaque rencontre en fonction de l’adversaire. C’est un process qui est bien en place. Les cinq leaders de touche (Briatte, Gabrillagues, De Giovanni, Chapuis et Hirigoyen) travaillent d’abord individuellement pour proposer des combinaisons en fonction de ce que chacun a observé. Ensuite, c’est Laurent qui tranche et nous communique les options suivant ce qu’il a étudié de son côté. Et au fur au fur de la semaine, on ne garde que celles qui semblent les plus pertinentes." Avec une franche réussite. Un exemple ? Samedi dernier, le colosse Van der Mescht s’est retrouvé à la conclusion d’un mouvement sur touche travaillé spécifiquement pour la rencontre face au MHR. "On a utilisé ses qualités physiques parce que, JJ Lancé à cinq mètres de la ligne, personne ne peut l’arrêter, surtout pas un ailier. Laurent (Sempéré) avait donc vu que le talonneur du MHR rentrait rapidement dans la touche et dans le ruck et laissait seul l’ailier dans le couloir." Résultat : essai pour le Stade français.

Les essais, justement, parlons-en. Sur les vingt-cinq inscrits par les Parisiens, dix-sept l’ont été par les avants dont sept sur ballons portés. "Quand je suis arrivé, j’ai été très surpris par le souci du détail apporté par l’entraîneur notamment dans la structuration des mauls. Chacun sait où il doit se lier, où il doit mettre sa tête, s’il doit pousser vers la gauche, vers la droite. Les axes de poussée ne sont pas les mêmes selon ce qui est commandé. C’est vraiment de la mécanique de précision." Une mécanique qui devrait encore une fois être précieuse face au Stade toulousain.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?