Top 14 - Racing 92 : un coup de rein sur les rotules

  • Le Racing 92 fait face à une infirmerie bien remplie. Antoine Gibert sera le seul remplaçant à la charnière pour couvrir deux postes.
    Le Racing 92 fait face à une infirmerie bien remplie. Antoine Gibert sera le seul remplaçant à la charnière pour couvrir deux postes. Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Les Racingmen recevront sur leur terrain lors des deux prochaines journées. Maisl il recevront Perpignan dans un état collectif amoindri.

Les Racingmen ne feront pleurer personne, et dans ce championnat si compétitif, chaque absent est devenu un poids pour chacune des équipes, mais il faut admettre que les hommes de Laurent Travers traversent un drôle de début de saison. L’arrêt brutal de Virimi Vakatawa, la commotion de trop pour Bernard Leroux, et dernièrement, alors que l’effectif se trouvait déjà à flux tendu, l’appendicite d’Ibrahim Diallo, sont des coups du sort tombés sur des cadres essentiels, révélateurs d’une saison vraiment pas comme les autres.

« Je dois admettre que nous n’avions encore jamais connu un tel enchaînement de mésaventures, et que l’équipe n’a jamais subi autant de pertes cumulées », admettait Laurent Travers, entre deux mantras qu’il se répète et répète à son groupe, du devoir de chacun de dépasser la chose. « C’est vrai qu’on doit tirer un peu sur ceux qui sont disponibles », grince Didier Casadéi, le responsable des avants, qui doit composer avec les restes de ceux qui ne sont pas à l’infirmerie, ou n’ont pas été retenus avec leur sélection nationale pour les tests de Novembre.

Gibert, l’homme-orchestre

Le pilier sud-africain Trevor Nyakane à peine arrivé en méforme et déjà reparti pour la tournée sud-africaine, et le pilier géorgien Gia Kharaishvili incertain pour ce week-end, Didier Casadéi allongera peut-être sur sa feuille l’international anglais Biyi Alo, à peine descendu de son avion arrivé depuis les Wasps. Le huit de devant qu’il titularisera ressemblera fortement à celui aligner à Brive. Il n’a pas tellement la possibilité de la gestion de son groupe.

Derrière, comme en Corrèze, Antoine Gibert sera le seul remplaçant officiel à la charnière pour couvrir les deux postes en cas de blessure de Finn Russel ou Nolan Le Garrec. Et c’est dans cette posture, où le collectif craque un peu de partout, que les Franciliens sont en mesure de damer le pion à la concurrence. Demain à l’Arena, c’est donc Perpignan qui se déplacera.

Trois semaines plus tard à la fin de la trêve, les Racingmen recevront encore sur leur terrain, et cette fois-ci l’équipe de Clermont-Ferrand. Dans ce championnat où La Rochelle se fait taper à la maison par un relégable, et dans lequel seulement cinq points séparent le onzième du deuxième, cette double réception est une invitation à se hisser enfin aux avants postes, et de souffler un grand coup avant le démarrage de la compétition européenne. « Ce n’est simple pour personne, cette compétition est vraiment éprouvante comme jamais, souffle Laurent Travers. Quand on enchaine dix matchs de suite comme ça… C’est pourquoi il faut impérativement partir en régénération l’esprit tout à fait tranquille. Pour cela, il est tout à fait essentiel de battre Perpignan, et mentalement, pour gagner l’Usap, il ne faut surtout pas penser à Clermont. » Et le futur de se conjuguer au présent.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Guillaume CYPRIEN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?