Top 14 - Une semaine après la débâcle face à Pau, les Rochelais jurent avoir crevé l’abcès

  • Les Rochelais doivent réagir à Brive une semaine après leur revers face à Puau à Deflandre.
    Les Rochelais doivent réagir à Brive une semaine après leur revers face à Puau à Deflandre. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Renvoyé dans les cordes à Deflandre, le champion d’Europe a fait son introspection avant de basculer vers ce déplacement chez la lanterne rouge, où son attitude sera primordiale.

Aussi sonné soit-il au sortir de la débâcle face à Pau (21-38), samedi dernier, Matthias Haddad avait tenu à conclure son concert de flagellation – et son mea culpa au public de Deflandre – de la sorte : « Ça y est, ça appartient au passé. Maintenant, il faut avancer ! » 

À vrai dire, les Rochelais y sont quand même revenus une dernière fois, depuis. Si les couloirs de l’Apivia Parc semblaient bien calmes lundi, lors d’un temps d’échange programmé en amont avec la presse, la tempête était déjà passée. Entendez par-là une séance vidéo du genre musclé, en matinée. Morceaux choisis : « On a chargé. Normal. Vivement ce week-end… », « on a bien traité le match comme il faut. Chacun a assumé ses responsabilités. Joueurs et staff. Le plus important, c’est ce qu’on va mettre en place maintenant pour être performant », « on a une semaine pour tout rectifier, on a intérêt à le faire. Conclusion commune : le manque d’humilité, vous ne nous y reprendrez pas de sitôt.

Si le Stade rochelais a recommencé « à zéro, lundi », dixit Ronan O’Gara, et s’est focalisé sur le fait de « chercher ses points forts » et « comprendre comment construire un match », le manager qui en a fini avec sa suspension et reprendra ses pleins pouvoirs de manager à Brive ne veut surtout plus voir le "jeu à la baballe" observée face à Pau.

La baballe, très peu pour «ROG»

« Il n’y a pas de place pour ça dans le rugby. Si le offload est évident, fais la passe. Sinon, garde le ballon et fais une autre phase. C’est la même chose pour les sorties de camp, pour défendre un ballon porté, pour les rucks, pour l’attaque… » 

Un Rochelais averti en vaut deux. « Il faut se racheter et bien finir pour se remettre la tête à l’endroit, insiste Thomas Lavault. On sait très bien que si on perd ce match, déjà, on va passer des vacances de merde et on aura un sentiment d’inachevé parce qu’on était à quatre victoires en cinq journées, on s’était fixé de beaux objectifs sur ce premier bloc et on est complètement à côté de la plaque… »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Romain ASSELIN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?