Coupe du monde féminine - Madoussou Fall et Romane Ménager avaient montré la voie, Maëlle Filopon et Caroline Drouin se ratent... Les notes des Bleues

  • Coupe du monde féminine - Caroline Drouin sur l'ultime pénalité du match.
    Coupe du monde féminine - Caroline Drouin sur l'ultime pénalité du match. Icon Sport - Dave Lintott
Publié le , mis à jour

Collectivement, le XV de France féminin a fait plus que rivaliser avec les Blacks Ferns. Mais quelques erreurs individuelles coûtent finalement très cher et les privent de finale. Pourtant le paquet d’avants des Bleues a sorti une prestation quatre étoiles.

15. Emilie Boulard : 3/10

Courageuse sur la grande offensive des Blacks Ferns (32e) de la première période, elle ne s'échappe pas en position de dernière défenseur et annihile l’attaque. En revanche, positionnée trop proche de son ailière, elle ne pouvait rien faire sur l’essai de Fluhler (36e). En revanche elle est prise de vitesse par l’ailière Tui, et perd le contrôle du ballon dans l’en-but sur le second (43e). Coupable sur un ballon au sol qui aurait pu coûter cher (48e), elle se reprenait en fin de rencontre sur son placement et son jeu au pied. Sanctionnée une fois de plus sur du jeu au sol (73e), elle n’a pas su être la relanceuse que l’on avait vue face aux Italiennes en quart de finale.

 

14. Joanna Grisez : 4/10

Une bonne sortie de camp en battant deux défenseurs (7e). Peu de ballons à jouer en bonne position, mais sur l’une de ses rares occasions, elle ne prend pas de vitesse sa vis-à-vis malgré un beau décalage (52e). Elle oublie de déblayer sur une belle action de Fall (54e) qui du coup se fait pénaliser.

Coupe du monde féminine - Joanna Grisez (XV de France) échappe à Kendra Cocksedge (Nouvelle-Zélande)
Coupe du monde féminine - Joanna Grisez (XV de France) échappe à Kendra Cocksedge (Nouvelle-Zélande) Icon Sport - PA Images

13. Maëlle Filopon : 4/10

Match assez terne, pour celle qui était jusqu’alors la reine des « off-loads », passes après-contact. Maëlle Filopon s’est concentrée dans les tâches obscures. Elle aurait pu être l’héroïne du match sur l’ultime offensive française (80e) mais en bout de ligne, elle « vendange » un deux contre un sur un essai qui semblait tout fait. On attendait mieux d’une fille qui jusque-là avait plutôt réussi sa Coupe du monde.

 

12. Gabrielle Vernier : 7/10

Plaqueuse infatigable, Gabrielle Vernier est sanctionnée sur un plaquage offensif de manière un peu sévère. Bel appel avec une course tranchante qui termine l’action du deuxième essai (40e) des Françaises. La Blagnacaise originaire de la région parisienne a réussi un match plein. Elle a tenu la dragée haute au duo des Néo-Zélandaises Fitzpatrick-Fluhler.

 

11. Marine Menager : 4/10

Peu servie offensivement, elle a surtout surveillé Ruby Tui et cherchait à ne pas se faire prendre sur les extérieurs, même si comme ses deux autres compères du triangle arrière, on l’a trouvée trop souvent placée trop près des centres en défense. Remplacée par Chloé Jacquet (64e).

10. Caroline Drouin : 4/10

Dommage que ses imprécisions sur son jeu au pied, viennent gâcher sa prestation. Une touche pas trouvée (12e) sur pénalité, un jeu au pied direct en touche (25e), un renvoi direct (34e). Mais ballon en main, elle impulsait bien et jouait dans le bon tempo. Toujours bien positionnée dans le deuxième ou troisième rideau, elle alternait bien jeu au pied et à la main. Elle aussi avait la balle de la finale, au bout du pied. Bien placée, sa tentative de pénalité, à 35 mètres dans les ultimes secondes, passait largement à côté. Son jeu au pied gâche vraiment son bilan.

 

9. Pauline Bourdon : 5,5/10

Parfois brouillonne autour des sorties de rucks, Pauline Bourdon, a été toutefois une bonne courroie de transmission entre les avants et les trois-quarts. Une petite gourmandise (5e), sur le premier temps fort des Bleues ou à un mètre de la ligne, elle joue la ligne au lieu d’écarter alors que le surnombre semblait gagnant. A son crédit, malgré une énorme débauche d’énergie, elle gardait constamment ou presque la tête froide, pour effectuer ses choix de jeu.

7. Charlotte Escudero : 6/10

Auteure d’un très gros début de match, précieuse dans les grattages (11e, 25e), elle paraissait souffrir physiquement après la demi-heure de jeu. Elle se reprenait en deuxième période, avec des courses tranchantes, un petit jeu au pied (68e) bien malin. Un jeu au sol illicite (76e) ternit son bilan. Avec 21 plaquages, elle termine juste derrière Madoussou Fall, au nombre de réalisations.

8. Romane Menager : 8/10

Pour son retour, après sa commotion contre l’Angleterre, la troisième ligne centre a réussi un très gros match. Elle conclut la pénaltouche française (23e), tout en puissance. Sa capacité à avancer au près des rucks amenait une vraie plus-value. C’est elle une nouvelle fois qui ramenait l’espoir avec un deuxième essai, où elle résistait à trois défenseurs (65e). Elle a été impeccable de bout en bout.

6. Gaëlle Hermet (cap.) : 7/10

Pénalisée une fois sur une position plaquage, la capitaine des Bleues était la maîtresse des airs en touche et toujours premier soutien de ses troupes. Elle montrait l’exemple aussi en défense, plaquant, cherchant à récupérer des ballons au sol. Toujours lucide au moment de ses interventions. Quelle activité ! Elle méritait de commander les Bleues pour la grande finale.  

5. Madoussou Fall : 8/10

Quelle défense ! Un 100%. 22 plaquages sur 22 tentés. De la première seconde de la rencontre à la dernière de sa présence sur la pelouse, elle sautait dans les jambes néo-zélandaises. Elle arrachait un ballon dans son en-but pour sauver un essai (33e). Elle était au four et au moulin notamment quand les Bleues n’avaient pas le ballon. Offensivement, à chaque prise de balle elle cherchait à remettre de l’avancée ou à déblayer en première.  Remplacée par Safi Ndiaye (62e), auteure tout de suite d’une percussion tranchante qui amène le deuxième essai de Ménager mais aussi d’un plaquage haut synonyme de carton jaune (69e).  

4. Céline Ferer : 6/10

Un peu moins en vue que sa compagne de la deuxième ligne, Céline Ferer présente des statistiques de courses et de plaquages digne d’une troisième ligne. Surtout, dans les mauls, elle était là pour faire le ménage et bonifier les sorties de balle. Remplacée par Marjorie Mayans (66e) qui chipe un ballon en première sauteuse (71e).

Coupe du monde féminine - Céline Ferer s'est montrée précieuse dans tous les secteurs.
Coupe du monde féminine - Céline Ferer s'est montrée précieuse dans tous les secteurs. Dave Lintott / Icon Sport - Dave Lintott / Icon Sport

3. Clara Joyeux : 5,5/10

Sanctionnée sur deux entrées en mêlée fermée (une pénalité et un coup franc), elle a beaucoup plaqué (13) et a été impeccable dans ses interventions en attaque. Remplacée par Khalfaoui (50e), auteur de deux gros et importants grattages sur des offensives des Néo-Zélandaises (56e, 74e) qui ont permis aux Françaises de rester dans le match.

2. Agathe Sochat : 6,5/10

Un très gros match dans l’engagement de la part d’Agathe Sochat, même si elle rate quelques plaquages (4). Elle a été précise dans les fondamentaux du poste (lancers et mêlées fermées) et jamais prise à défaut physiquement sur ses interventions offensives. Victime d’un plaquage haut (80e), qui aurait dû engendrer la pénalité de la gagne.

1. Annaëlle Deshaye : 7/10

Un bel effort en mêlée qui met à la faute son adversaire Rule (2e). Très belle activité dans le jeu, où ses soutiens et ses percussions étaient performants. Courageuse en défense, elle est suppléée par Coco Lindelauf (56e) qui se fait pénaliser sur mêlée fermée et sort en larmes dix minutes plus tard, touchée au genou. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
imbernon59 Il y a 1 mois Le 05/11/2022 à 16:28

Le 2 contre 1 de Filopon...grrrrrr!