France - Australie - L’homme du match : Thomas Ramos, 20 pions et des points positifs

  • Pour sa deuxième titularisation sous l’ère Galthié, Thomas Ramos (27 ans, 18 sélections) a été précieux
    Pour sa deuxième titularisation sous l’ère Galthié, Thomas Ramos (27 ans, 18 sélections) a été précieux Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Pour sa deuxième titularisation sous l’ère Galthié, Thomas Ramos (27 ans, 18 sélections) a été précieux lors du succès face à l’Australie, ce samedi (30-29). Ses vingt points au pied, à 7/9, et sa sérénité ont été deux clés de la victoire pour les Bleus.

« C’est une opportunité, c’est à moi de la saisir. (…) Je veux être moi-même sur le terrain et juste me souvenir que je monte d’un cran, que je suis au niveau international. » Dans Midi Olympique, vendredi dernier, Thomas Ramos avait, avec justesse, planté le décor de sa deuxième titularisation en Bleu sous l’ère Galthié. Promu numéro 15 en l’absence de Melvyn Jaminet, l’arrière de 27 ans était pleinement conscient de l’importance de ce jour pour la suite de sa carrière internationale.

D’entrée de jeu, le meilleur joueur de Top 14 du mois d’octobre a tenu les promesses de son début de saison tonitruant, alternant des pénalités empreintes de maîtrise avec des prises aériennes tout aussi rassurantes. Les Australiens l'ont défié à maintes reprises dans les airs. Sans succès, pour eux. Son coup de pied depuis la ligne des 50 mètres (9e) a apporté la preuve, si tant est qu’il le fallait, que le Mazamétain avait la technique et le cran d’un buteur mondial. Dans le jeu courant, il a été relativement sobre, conformément aux exigences du plan de jeu, mais il a su laisser parler son instinct par moments : sa passe au pied pour Yoram Moefana (14e) aurait mérité mieux – même si elle a permis d’obtenir une touche aux 5 mètres – et sa relance à la 52e minute a apporté un grain de folie bien nécessaire à un moment où les Bleus étaient en quête de solutions.

Serein sous la pression

Comme si souvent, à Toulouse, sa propension à résister à la pression dans une rencontre étriquée a été salutaire. Son long dégagement de la 61e minute a notamment considérablement soulagé les siens. Surtout, sa pénalité à huit minutes du coup de sifflet final, à une quarantaine de mètres de la cible, a permis aux Tricolores de rester à portée d’Australiens alors dominateurs. Comment, dans ce contexte, ne pas lui pardonner ses deux échecs face aux poteaux (une pénalité du milieu du terrain à la 50e et la transformation très excentrée du second essai) ?

On est en droit de penser que même le perfectionniste Fabien Galthié ne lui en tiendra pas rigueur. Contre les Wallabies, Fabien Ramos (7/9 dans les tirs au but) a marqué bien plus que 20 points au tableau d’affichage. Face à l’Afrique du Sud, à Marseille, samedi, le Toulousain aura pour la première fois l’opportunité de confirmer avec le numéro 15 dans le dos. Une autre occasion à saisir pleinement pour le Tarnais d'origine.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?