Pro D2 - La patte Pierre-Philippe Lafond, c’est le pragmatisme !

  • Contre Massy, les Montalbanais ont parfaitement suivi les directives de leur nouveau chef, en se montrant pragmatiques.
    Contre Massy, les Montalbanais ont parfaitement suivi les directives de leur nouveau chef, en se montrant pragmatiques. Manuel Blondeau / Icon Sport - Manuel Blondeau / Icon Sport
Publié le

Contre Massy, les Montalbanais ont parfaitement suivi les directives de leur nouveau chef, en se montrant pragmatiques. Une méthode gagnante.

Il l’avait prévenu ses joueurs cette semaine. Sur le terrain d’entraînement de Sapiac, Pierre-Philippe Lafond exigeait la sobriété et le pragmatisme lors des différentes mises en place avant le match contre Massy. « Ça va être une partie d’échecs, de ping-pong et on va la gagner cette putain de partie », promettait-il en transe. Parce que oui, P-P – comme il est appelé par tous – est quelqu’un qui donne de la voix sur le terrain, motivant ou recadrant sans cesse ses protégés. « J’ai ma manière de coacher, ma manière d’être, présentait l’ancien pilier. Je m’appuie énormément sur le staff en place mais si j’ai quelque chose à dire ou un message à faire passer, je vais le dire. Aujourd’hui, ce n’est pas gueuler à outrance, mais si je sens qu’il faut haranguer l’équipe, je n’hésiterais pas. » Force est de constater que sa technique de coaching a cette semaine été efficace, puisque les joueurs ont tout simplement respecté la tactique. Comme demandé, les Sapiacains ont été obsédés par le fait de jouer dans le camp de Massy et n’ont jamais (ou très rarement) joué dans leur propre camp. Résultat, avec la longueur de jeu au pied de Jérôme Bosviel, mais aussi les dégagements d’Alexis Bernadet, Maxime Salles et Bastien Guillemin, les Vert et Noir ne se sont jamais mis le feu, comme cela a pu être le cas lors des derniers matchs. « Pierre-Philippe Lafond a été clair toute la semaine. Il n’a pas forcément réinventé les choses mais il nous a demandé d’être très pragmatiques et très précis dans nos sorties de camp. C’est ce qui nous avait fait défaut contre Provence Rugby notamment. Ensuite, il a essayé d’amener de la confiance dans l’équipe. »

Les espoirs font partie du projet

Dans son discours aussi, Lafond use de pragmatisme, notamment en ce qui concerne les objectifs du club. D’abord, naturellement, le maintien est la priorité, surtout au vu du calendrier. « J’ai eu la chance d’entraîner l’USM il y a trois ans, et il y a une chose que je n’ai pas changée, c’est le match par match, expliquait-il. On va me dire que ça fait footballeur mais je vais citer Diego Simeone : le match le plus important, c’est celui qui arrive. » Enfin, la patte Lafond, c’est de mettre en lumière certains espoirs montalbanais, plutôt présents avec le groupe pro ces derniers temps. Plutôt logique, lorsqu’on sait que ce même Lafond les côtoie régulièrement depuis son retour au sein de l’association. Contre Massy, Alexis Bernadet a joué l’intégralité et Kyllian Ringuet a disputé son deuxième match de Pro D2. « Les espoirs sont aussi là pour montrer le bout de leur nez et croquer dans le gâteau si on leur en donne.  À Montauban, une nouvelle méthode se met en place et pour le moment, elle marche.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?