Top 14 - Jason Robertson - Camille Lopez, le tandem étoilé de Bayonne

  • Pour sa deuxième titularisation, Jason Robertson a fait forte impression.
    Pour sa deuxième titularisation, Jason Robertson a fait forte impression. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Si les Bayonnais ont excellé en conquête avec deux essais des talonneurs, la paire Camille Lopez-Jason Robertson a été diablement efficace au pied.

Les plans de Grégory Patat ont sans doute volé en éclat. Revenus d’un quart d’heure en enfer (12-0) grâce à un essai en force de Van Jaarsveld, les Bayonnais voyaient Yohan Orabé sortir groggy de la pelouse dès la 25ème minute. Pas d’autre choix alors de faire rentrer Camille Lopez à l’ouverture et de décaler Jason Robertson à l’arrière. Peu habitué du poste, le Néo-Zélandais a parfaitement tenu la baraque. Face aux perches d’abord, l’ancien narbonnais n’a manqué qu’un coup de pied en quatre tentatives. Dans le jeu ensuite, Robertson a été très propre, validant les sorties de camp de ses hommes par de longs jeux au pied. Une performance d’autant plus notoire que le demi d’ouverture bayonnais ne débutait que son deuxième match de la saison et n’avait plus joué depuis trois semaines, face à Castres. À l’issue de la rencontre, le Néo-Zélandais recevait d’ailleurs les félicitations de son capitaine Denis Marchois : « Il y a eu beaucoup de rotations mais personne n’a lâché. Je pense que Jason a fait un super match et je suis très content pour lui ! » appréciait le deuxième ligne à l’arcade sanglante qui n’a également pas manqué de congratuler Camille Lopez. « Camille fait partie de ces joueurs fédérateurs dans un groupe et qui apportent de belles choses ! ». À Clermont, l’ancienne idole du Michelin a joué comme dans un fauteuil.

Lopez de retour comme à la maison

« Cela fait trois semaines que j’ai la voix cassée à force de gue*ler sur ce p*tain de terrain (rires) » s’amusait l’ouvreur international à l’issue de la rencontre. Depuis les tribunes, il est vrai que la voix de Lopez résonnait dans tout le stade lors des temps morts pour encourager les siens. Un rôle de leader pleinement assumé dès son entrée avec un drop pour réduire l’écart à 12-10. Parfait gestionnaire du tempo bayonnais, Camille Lopez s’est offert plusieurs coups de pied d’occupation qui ont fait mal aux Clermontois. En défense également, l’ancien Jaunard s’est « envoyé comme un chien  à l’instar de ses partenaires. Une entrée anticipée qui a sans doute changé le cours du match et la stratégie de gain de terrain des Basques. Car pendant la première demi-heure, les Bayonnais subissaient de terribles assauts clermontois et restaient bloqués dans leur camp, malgré un essai glaçant d’efficacité. Ovationné par le public de Marcel-Michelin dès l’annonce de la composition et à son entrée, Lopez a cette fois-ci donné des cauchemars à ses anciens supporters.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Clément LABONNE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?