Top 14 - Le Stade français ne perd pas le rythme

  • Avec 17 plaquages, Romain Briatte fait clairement partie des régulateurs de la défense parisienne.
    Avec 17 plaquages, Romain Briatte fait clairement partie des régulateurs de la défense parisienne. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les Parisiens maintiennent leur rythme en étant cohérents et en décrochant les deux points du nul. Et tant pis pour la victoire qui s’envole en fin de partie.

Et si ce match nul ne relevait pas finalement d’une forme de logique ? Certes, les Parisiens ont mené au score tout au long de la partie. C’est d’ailleurs ce que retenait en partie Alex Arraté après la rencontre : « On prend cet essai qui fait mal. On a été devant toute la partie c’est dommage. » Mais récolter deux points à Ernest-Wallon n’est-il pas satisfaisant en soi ? « Aller prendre des points à l’extérieur, c’est toujours positif. On savait que ce serait difficile ici », poursuit le centre parisien. Il faut dire que le Stade français a réalisé le match quasi-parfait. Cohérent en conquête, rarement hors sujet dans les rucks, le club de la capitale a parfaitement exploité les failles toulousaines en inscrivant un essai des plus opportunistes. Suite à un jeu au pied de pression, Dimitri Delibes recevait une passe explosive de Tim Nanai-Williams. Jeremy Ward avait bien suivi, il plaquait puis contestait le ballon, ce qui profitait à Giovanni Habel-Kuffner qui le ramassait et pouvait filer à dames.

Une défense remarquée

C’est précisément cette pression constante qui a mis en difficulté les Toulousains. Le troisième ligne Romain Briatte révélait : « C’était notre but que de mettre énormément de pression chez eux, en jouant au pied. On ne voulait surtout pas s’exposer dans notre camp. On connaît la qualité de leur ligne de trois-quarts, même s’il y a des absents. Sur chaque duel, chaque attaque, ça pouvait être délicat. Donc l’idée était de gagner cette bataille du territoire. » Un projet mené à bien par les artilleurs que sont Morgan Parra, Joris Segonds and co. Ce dernier a eu beau donner la balle du nul à Toulouse, la faute à un coup de pied direct en touche, son efficacité au pied, que ce soit dans l’occupation, sur pénalité ou même sur drop, a maintenu son équipe à flot. « Plutôt que de tenir le ballon entre les 40 et les 40 et de s’exposer aux turnovers de Toulouse, qui sont certainement leur plus grande force, on voulait essayer d’utiliser la pression », ajoutait le directeur sportif Gonzalo Quesada. Une stratégie pas vraiment pensée pour le public mais qui s’est avérée efficace. Et qui a été permise par l’engagement débordant des Parisiens en défense, à l’image de Paul Gabrillagues (18 plaquages), Romain Briatte (17) et Clément Castets (14). « Cette année, on a un nouveau plan sur notre défense avec la venue de Paul Gustard, révélait le troisième ligne aile. On est vraiment concentré sur la défense. Ce sera très important tout au long de la saison. L’année dernière, on encaissait beaucoup trop d’essais et on a fini 11e. Le classement coïncide cette année avec notre meilleure défense… » C’est le sixième match consécutif que le Stade français ramène des points. Une régularité qui prime, avec une place dans le top 6 conservée.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Quentin PUT
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?