L’UBB au ras du sol face à la Section paloise

  • Ce fut l’une des pires prestations de l’UBB depuis 2019. Le gros point noir fut le jeu au sol, totalement déficitaire et révélateur d’un caractère en berne.
    Ce fut l’une des pires prestations de l’UBB depuis 2019. Le gros point noir fut le jeu au sol, totalement déficitaire et révélateur d’un caractère en berne. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Ce fut l’une des pires prestations de l’UBB depuis 2019. Le gros point noir fut le jeu au sol, totalement déficitaire et révélateur d’un caractère en berne.

ÀPau, l’UBB a peut-être livré sa pire prestation depuis l’arrivée de Christophe Urios. Rarement, nous avions vu une équipe bordelaise dominée aussi nettement et aussi tôt dans la partie. Heureusement, les Girondins ont évité la "Fanny" qui se profilait. La dernière défaite à zéro point date de 2018 à Toulouse et elle avait coûté sa place à Rory Teague.

On eut un temps l’impression que l’essai refusé à Federico Mori en début de rencontre serait le tournant de la partie, mais cet argument ne tint pas longtemps. Le rendu de l’UBB fut si pauvre, à peu près dans tous les secteurs. Mais avec un point, un trou plutôt, particulièrement noir : le jeu au sol.

"Vous me parlez de contenu, mais quel contenu ?"

Julien Laïrle, clairement dépité, l’évoqua tout de suite : "Vous savez, pour offrir des soutiens proches à un gars qui porte le ballon, il n’y a pas besoin de talent. Oui, notre jeu au sol a été particulièrement catastrophique et en plus nous avons été pris dans la lutte aérienne." Le pire du pire, c’est que les Bordelais n’ont pas été privés de ballons. La faillite des Béarnais en touche leur a donné beaucoup de munitions inespérées (neuf à notre pointage). " Oui, mais sur chaque lancement de jeu, on a perdu le ballon au sol, après chaque break aussi on a perdu des munitions. Vous me parlez de contenu, mais quel contenu ? Il n’y avait rien aujourd’hui. Une image me revient en mémoire : nous mettons un jeu au pied d’occupation au loin dans le R3 où il n’y avait aucun Palois et à la récupération, on se retrouve avec quatre Palois et deux Bordelais et sur la contre-attaque. On perd cinquante mètres par Jack Maddocks. Ce fut assez frappant pour résumer le match."

Rarement, l’UBB de Christophe Urios aura présenté un jeu aussi décousu, sans possibilité de faire rebondir les actions. Avant dix jours de vacances, c’était l’occasion de faire un premier bilan pour le technicien girondin. Il est celui d’une équipe médiocre : "De ce premier bloc, je retiens que nous sommes performants sous pression, à domicile quand on a le couteau entre les dents. Mais à l’extérieur, on a trop de mal à exister." Sans le soutien de son public, cette UBB manque trop de caractère, surtout quand ses talents supérieurs sont en bleu. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérôme Prévôt
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?