Pau, le cadeau bonus face à Bordeaux-Bègles

  • La joie des Palois après le premier essai de Clément Laporte (à gauche). Photo IconSport
    La joie des Palois après le premier essai de Clément Laporte (à gauche). Photo IconSport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les Palois ont récolté leur premier bonus offensif depuis juin 2021. Il a récompensé une après-midi euphorique avec deux essais précoces qui ont tout lancé.

La Section Paloise n’avait pas connu de victoire bonifiée depuis juin 2021, lors du match décisif pour le maintien face à Montpellier. C’est vous dire si les sourires étaient de mise dans les travées du Stade du Hameau. Quel cri de plaisir a retenti sur le dernier essai, via cette course limpide de Lekima Tagitagivalu, servi par Luke Whitelock lui-même alerté par une passe au pied magnifique de Thibault Debaès. Un dernier mouvement superbe et triomphal qui vint justement récompenser un match maîtrisé quasiment de bout en bout et qui aura chloroformé des Bordelais sidérés.

Choveau aux anges ou presque

Thomas Choveau, entraîneur adjoint, est venu partager sa joie : "Nous avons fait une bonne entame, dans la continuité de ce que nous faisons depuis quelques temps. Même si je fais attention puisque nous avions perdu contre le Stade Français après avoir mené 29 à 7. Notre point fort, ce fut le réalisme. On a pris assez rapidement le score et cette fois, nous n’avons pas tremblé et nous avons su creuser l’écart. ça fait un moment que psychologiquement, les garçons ont les idées claires. Je ne dirais pas qu’on est en pleine confiance, mais on sent quand même que nous étions tous alignés avec notre plan de jeu et notre stratégie collective. C’est ce qui est dur dans ce sport, nous sommes quinze sur le terrain et il faut que tout le monde veuille faire la même chose en même temps." Le jaillissement de Jack Maddocks sur le premier essai, la combinaison si bien exécutée sur le second (ah… la longue passe de Thibault Debaès pour Daniel Ikpefan), sont venus corroborer ces paroles.

La potion de la victoire à La Rochelle continuait visiblement de produire ses effets une semaine plus tard. "Quant au jeu au sol, qui a si bien fonctionné aujourd’hui, c’est une chose qui avait déjà marché à La Rochelle. Nous sommes désormais capables d’annihiler bien des situations sur les rucks défensifs. C’est une arme très importante dans le rugby d’aujourd’hui."

Thomas Choveau chargé des ballons portés et de la conquête aérienne teinta ses propos d’ironie et de modestie car son secteur de prédilection fut en difficulté. "Oui, c’est possible, vous l’avez vu, on peut gagner un match en perdant neuf ballons sur ses lancers. Mais ça fait partie du jeu, on ne s’attend pas à être excellents partout. Mais sur notre seul ballon gagné de la première période, on a marqué, c’est ce qui s’appelle être ultra-réaliste." Le technicien arrivé à l’intersaison 2021 en provenance de Bourg-en-Bresse pouvait savourer ce premier succès à cinq points, mais pas son premier bonus offensif. "J’en ai connu un l’an passé, au Racing. Mais nous avions perdu... C’est assez rare quand même."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérôme PREVOT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?