Pour Valence-Romans, c’était l’épreuve par neuf

  • Les Drômois, leaders de Nationale, ont baissé pavillon à Albi. Photo Marie-Pierre Volle
    Les Drômois, leaders de Nationale, ont baissé pavillon à Albi. Photo Marie-Pierre Volle
Publié le

Un de chute pour le leader drômois du côté d’Albi qui remonte en puissance.

Il fallait s’y attendre, comme toutes les bonnes choses, les meilleures séries ont elles aussi une fin. Celle placée sous le signe de l’invincibilité s’est arrêtée avant-hier soir pour des Valentino-Romanais déjà freinés dans leur élan par Bourgoin-Jallieu, il y a quinze jours. Cette performance, il faut la mettre au crédit de Tarnais dont le parcours atteste d’une amélioration bien palpable des résultats au fil des semaines. Une seule défaite (courte au demeurant) lors du déplacement à Suresnes en l’espace de six rencontres, voilà qui est de bon augure pour ceux dont on rappellera qu’ils ont échoué à deux reprises (2021, 2022) dans le dernier carré promotionnel. Les voici, au même titre que leurs proches voisins blagnacais auteurs d’une performance majuscule sur le littoral varois, en embuscade, dans le sillage immédiat d’un trio de tête qui se sera fort bien comporté dans l’ensemble. Un point de bonus défensif pour le leader, deux probants succès pour le dauphin dacquois et Bourg-en-Bresse, son poursuivant immédiat.

Narbonne donne le coup de collier

Rien ne va plus pour le CS Bourgoin-Jallieu depuis un mois déjà et ce coup de massue (ou de Trafalgar, c’est selon) suresnois. Plus ennuyeux encore, Rennes, avec trois unités seulement à son compteur au coup de sifflet final, est grosso modo dans la continuité la plus immédiate de sa prestation blagnacaise du week-end précédent. Le promu breton voit ses chances de maintien s’amenuiser un peu plus encore. Et ce dans la mesure où, aux abords de la ligne de flottaison, Narbonne a donné le "coup de collier" qui s’imposait. Voilà Cognac-Saint-Jean d’Angély en coma dépassé même si, en 2021-2022, les Unionistes étaient parvenus à redresser la barre non sans avoir au passage "explosé" dans des proportions quasi identiques face à Tarbes il y a tout juste un peu plus d’un an de cela. Et à domicile qui plus est. Reste que lors dudit feuilleton, la présence permanente de maillons plus ou moins faibles dans la zone rouge autorisait davantage d’espoirs de maintien. Aujourd’hui, le concurrent direct le moins éloigné, c’est le Stade Niçois en personne. Incroyable mais vrai ! Mais on le dit et on le répète, toutes les séries prennent fin à un moment ou à un autre. "Enfin", s’exclamera-t-on à Chambéry où ce tout premier succès à l’extérieur laisse une porte ouverte sur le top 6. Les Savoyards, qui en enregistrent avec le soulagement que l’on devine l’échec de Tarbes en déplacement à Suresnes (pas de bonus offensif non plus pour les vainqueurs, ce qui peut avoir son importance), n’ont pas dit leur dernier mot. Encore faut-il que la victoire ramenée des Arboras puisse être considérée comme significative car rien ne dit non plus que d’autres ne leur emboîteront pas le pas si les Maralpins ne rectifient pas le tir rapidement.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Philippe ALARY
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?