Hommage - Dauga, le géant qui s’était relevé

  • Hommage - Dauga, le géant qui s’était relevé Hommage - Dauga, le géant qui s’était relevé
    Hommage - Dauga, le géant qui s’était relevé
Publié le

Benoît Dauga nous a quittés à 80 ans. Il fut l’un des phares du rugby français des années 60. Numéro 8 ou deuxième ligne de Mont-de-Marsan, il avait été recordman des sélections avant de surmonter un terrible coup du sort.

Benoît Dauga, ce fut d’abord une vision de l’enfer sur terre. Celle d’un colosse qui reste étendu sur une pelouse froide, étourdi, abasourdi, pire que ça, tétanisé, au vrai sens du terme. En janvier 1975, il ne se releva pas après un plaquage infligé à un adversaire dijonnais. Percussion en porte à faux, civière, fracture des cervicales. Il aurait dit à ses partenaires venus à son son secours : «Ne me touchez pas, je suis paralysé.» Vision terrible, l’un des meilleurs avants de sa génération privé soudain de l’usage de ses quatre membres, à seulement 32 ans, et cet adjectif qui flottait dans l’air, d’une brutalité terrible jusque dans sa sonorité : «tétraplégique». Il fit alors le trajet Mont-de-Marsan-Bordeaux en hélicoptère. Puis, à force de détermination, de soins et d’exercices prodigués à la Tour de Gassies (établissement spécialisé), il retrouva l’essentiel de sa motricité, même s’il ne pouvait plus courir. Son plus bel exploit, assurément. Ça lui valut des invitations dans des émissions de télé pour parler de cette expérience, avec des présentateurs qui ne savaient pas qu’il avait été un joueur de classe mondiale.

On l’assure : l’expression n’est pas galvaudée. Nous la sortons de la bouche de Dannie Craven, le pape du rugby sud-africain au soir d’un test très agité à Durban en 1971. Sous la tente qui abritait le banquet, il déclara, une lueur de révérence dans le regard : «Je n’ai jamais ressorti le nom d’un avant après un match, mais je vais le faire exceptionnellement, aujourd’hui pour Benoit Dauga, auteur d’une formidable partie.» Puis il s’adressa directement au joueur assis non loin de lui : «J’espère ne plus vous revoir en Afrique du Sud, sauf en tant qu’étudiant à l’université de Stellenbosch.»

Surnommé, le Grand Ferré

Avant de se retrouver dans les mers du Sud, Benoit Dauga avait appris le rugby à Saint-Sever-en-Chalosse. Il avait débarqué à Mont-de-Marsan en 1963, juste après le seul titre du club. Premier rendez-vous manqué, à jamais. C’est sa grande particularité, il a traversé une immense carrière sans aucun titre en club, même pas en Du-Manoir. À nos yeux au moins, ça donne du panache à son parcours. Ses performances s’appréciaient en soi, par leur envergure technique, physique et mentale. Dauga sur un terrain, c’était un tout, une panoplie de gestes impeccables, comme chez son cadet de huit ans, Alain Estève (si souvent mal décrit) avec l’intimidation en moins. Benoît Dauga participa au premier grand chelem du XV de France… mais sur un strapontin. Il avait fait partie de la fameuse charrette des sacrifiés après les deux premières rencontres, fruit du match amical incongru de Grenoble qui coupa le parcours en deux (on a souvent narré dans ces colonnes, les détails de cette aventure foutraque qui déboucha sur un exploit historique).

Son bail en équipe de France dura huit ans, le temps de détenir le record de sélections (63 capes), de marquer onze essais (énorme pour un avant) et même de commander les Bleus durant la tournée de 1971, ponctuée d’un interminable pugilat à Durban. Il commenta ainsi sa promotion : «Je n’étais peut-être pas fait pour cela. Il faut, pour donner des ordres aux autres, des qualités que je n’ai pas. Chacun doit s’employer à donner le meilleur de lui-même. À ceux qui n’y parvenaient pas, il n’était pas dans mon tempérament de les forcer davantage en les piquant ou en leur criant après.» Christian Darrouy, son partenaire à Mont-de-Marsan et en équipe de France, confirme : «Il ne parlait pas beaucoup sur le terrain, juste le strict nécessaire. C’était typiquement un joueur d’exemple.» L’image est constante : Dauga a vécu ses soixante-trois sélections dans un bain d’humilité et de placidité, sans la ramener. Denis Lalanne, fameux chroniqueur, l’avait affublé d un surnom médiéval : le Grand Ferré, du nom de ce colosse qui durant la guerre de Cent Ans, résista aux Anglais menaçants armés d’une hâche. Il en tua dit-on quatre-vingt-dix en deux fois avant de contracter la pneumonie qui devait l’emporter. Le malheureux s’était désaltéré à l’eau froide entre-temps. Dauga dans son malheur, bénéficia lui des progrès de la science. La fraîcheur de l’éponge magique ne lui causa aucun dommage et la neurologie des années 70 le remit sur pied en moins de quatre ans.

1, 95 m, une taille de géant pour l’époque

Mais quel joueur de rugby était-il ? Il n’était pas spécialement lourd, mais il avait de gros os et sa grande foulée, genoux très hauts, le rendait difficile à plaquer. En revanche, il était très grand pour son époque, 1, 95 m et ça lui donnait des facilités en touche : «Il avait une de ces détentes, et il était si adroit !», poursuit Darrouy. «J’étais ailier, c’est moi qui faisais les touches. Quand mes lancers n’étaient pas précis ou pas droits, il me jetait de ces regards… Mais le plus souvent, il réussissait quand même à prendre la balle.» Le trois-quarts aile aux airs de lévrier poursuit : «Le premier français à marquer un essai sur le sol sud-africain en test ce fut moi, sur une passe de Benoît. Il aurait très bien pu jouer trois-quarts car il était complet, il jouait les deux contre un impeccablement.» Ce test, c’était celui de Springs, si visuel avec sa pelouse jaunie. Benoit Dauga, 21 ans, formait la deuxième ligne avec un débutant de 20 ans nommé Walter Spanghero. La France s’imposa 8 à 6 et derrière lui poussait un certain André Herrero : «Ce fut une performance collective de premier ordre, mais il en a été le moteur. Il nous amenait une assurance terrible. Il n’avait peur de rien, mais attention, il n’était pas violent, ni agressif. Ce n’était pas non plus un bavard, même s’il n’était pas vraiment taiseux. Mais il avançait toujours et il était impérial en touche. Il n’avait qu’un défaut : il ne savait pas taper dans un ballon. Il tentait parfois des drops ou des coups de pied à suivre à l’entraînement, sans succès. ça nous faisait rigoler.» Sa panoplie dépassait le seul secteur de la puissance. Pilier de Toulon, Jean-Claude Ballatore, précise : «Je me souviens de ma première rencontre avec lui, un match amical. André Herrero justement m’avait préven : «tu vois, celui-là, méfie-toi il a un terrible raffut.» Je m’étais préparé à fond à y faire face, j’avais résisté au premier raffut, au second et au troisième, j’avais cédé.» Ce raffût, Pierre Albaldéjo ne l’a pas oublié : «Dans ses mains, le ballon ne paraissait pas plus gros qu’une boule de pétanque. Il pouvait le tenir, le passer d’une main et repousser l’adversaire de l’autre.» L’ancienne "voix" du rugby a souvent croisé le Grand Ferré : «Je l’ai connu à 17 ans. Je suis allé chez ses parents à Saint-Sever, avec le président de Dax René Dassé, mais il l’avait trouvé trop maigre. Chaque fois que je le croisais, je pensais à cette scène.» C’est donc ce rendez-vous manqué qui lui fit prendre le chemin de Mont-de-Marsan qu’il ne quitta plus jusqu’à sa retraite forcée. Onze ans sous le maillot abeille et une cohabitation avec un certain André Boniface : «On ne passe pas une décennie ensemble sans quelques frictions. Nous étions quatre internationaux à Mont-de-Marsan, alors tout le monde avait son mot à dire», poursuit Christian Darrouy. Entre Dédé Boni et le Grand Ferré, il y eut quelques algarades que Benoît laissait passer avec le sourire. Elles venaient d’un coéquipier exceptionnel.»

Le goût des nuits parisiennes

D’ailleurs Dauga défendit toujours un rugby en cinémascope venu de la culture montoise. ça lui coûta cher en fin de carrière quand, capitaine des Bleus, il ne sut pas de son propre aveu s’adapter à la greffe des joueurs biterrois. Il termina sa carrière internationale assez jeune, à 29 ans, en mars 1972. Guy Basquet et les sélectionneurs avaient tranché en faveur de son grand concurrent, Walter Spanghero (excusez du niveau…). Les deux hommes avaient de la personnalité. Chaucun de leur côté, mais Benoît dit "Benito" n’était pas une grande gueule. Ni un provocateur : «Il n’a jamais été narquois, ni piquant pour les adversaires», précise Albaladejo. Mais signe des temps, malgré sa placidité, son passage en bleu est attaché à des récits de frasques et de nuits homériques. Il joua d’ailleurs vraiment les "Grand Ferré" en 1966 à Cardiff en se battant avec des agents de police : «Il l’a été le roi de chez Castel où il connaissait beaucoup de monde. Après les victoires, il savait se laisser aller à l’euphorie ambiante» Le Chalossais avait appris à connaître la capitale : l’Auberge Basque, rue de Verneuil, le Courrier de Lyon, rue du Bac, les fantaisies d’Antoine Blondin. Promu capitaine, Benoît Dauga avait coutume de conclure ses discours de fin de banquet : «Paris vous appartient !». D’ailleurs, après sa longue rééducation, son ami Christian Carrère lui donna un coup de pouce. Il devint le directeur du Château de La Voisine de Clairefontaine (groupe Ricard) qui hébergeait le XV de France et accueillait la presse. Pour les générations qui ne l’avaient pas vu jouer, son visage et son sourire furent ceux de la convivialité.

Digest

Né le : 8 mai 1942 à Montgaillard (40)

Surnom : Le grand ferré

Poste : Numéro 8 ou deuxième ligne

Clubs successifs : Saint-Sever, puis Mont-de-Marsan (de 1963 à 1975). Président du Stade montois de 2003 à 2007.

Sélections nationales : 63 en équipe de France entre 1964 et 1972. (record national)

1er match en sélection : Écosse – France 1964 à Murrayfield.

Points en sélection : 44, onze essais.

Palmarès : Vainqueurs des Tournois des 5 Nations 1967, 1968, 1970. Grand Chelem 1968 (deux matchs). Vainqueur en Afrique du Sud en 1964 et 1967.

 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérôme PRÉVÔT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?