France - Afrique du Sud : la "finale" de l'autre grand chelem

  • France - Afrique du Sud : la “finale” de l'autre grand chelem
    France - Afrique du Sud : la “finale” de l'autre grand chelem Midi Olympique. - Patrick Derewiany.
Publié le , mis à jour

Ce samedi, la France cherchera à vaincre les Springboks champions du monde, ce qui lui permettrait de boucler son tour du monde des victoires face aux nations du top 10. Mais pas seulement...

Depuis près d’un an et le retentissant triomphe face à la Nouvelle-Zélande à Saint-Denis (40-25), la confrontation face à l’Afrique du Sud trottait dans la tête des joueurs, entraîneurs et observateurs du XV de France. Pour tout un tas de raisons, cette affiche sera un moment clé sur la route menant à l’objectif suprême.

Car les champions du monde restent une référence

Les champions du monde débarquent au Vélodrome. En soi, rien que cette vérité pose le décor d’une affiche quatre étoiles et augure d’un défi des plus relevés pour les Tricolores. Si, depuis son sacre de Tokyo, l’Afrique du Sud a quelque peu perdu de sa superbe avec un bilan contrasté de quatorze succès pour neuf revers, elle n’en demeure pas moins une formidable machine à gagner. La preuve : elle a répondu présent sur la plus grande échéance de ces quatre années "inter-mondiales", la tournée des Lions britanniques et irlandais. Pour la première fois depuis 2009, la prestigieuse sélection a dû rendre les armes, à l’été 2021. Même souffreteux, Siya Kolisi et ses partenaires ont échoué à un petit bonus de la victoire dans le Rugby Championship en août et on est en droit de penser qu’avec un buteur régulier sur le terrain, ils auraient terrassé les Irlandais à Dublin, samedi dernier. Même sans 10 de métier, les Boks possèdent sans l’ombre d’un doute un des collectifs les plus complets de la planète rugby, sans véritable faille apparente. Si leur rugby, direct et hautement tactique, est plus que modérément goûté par les puristes, leurs statistiques sur l'année sont finalement similaires à celle des Bleus : 2,9 essais contre 3,3, 107 passes à 114, 24 coups de pied à 31… Qu’on se le dise, le gang de Boks fera encore figure de sérieux prétendants au titre planétaire dans un an.

Car c’est le seul top 10 à ne pas avoir été épinglé sous l’ère Galthié

La performance ne vaudra pas de trophée ni de ligne au palmarès mais, s’ils venaient à dominer l’Afrique du Sud, les Bleus de Fabien Galthié auraient vaincu toutes les nations du top 10 mondial en l’espace de trois ans. Dans le Tournoi des 6 Nations, ils présentent un remarquable bilan de douze succès pour trois revers. Trois des quatre participants du Rugby Championship ont aussi été ajoutés à leur tableau de chasse : après avoir maîtrisé l’Argentine (29-20) puis étourdi les All Blacks (40-25) en novembre 2021, Antoine Dupont et ses partenaires ont pour la deuxième fois pris le meilleur sur l’Australie, samedi dernier, au Stade de France. Reste donc l’Afrique du Sud pour compléter ce tour du monde de la victoire.

 

Car cela fait 13 ans que l’on attend ça…

L’an dernier, en dominant les All Blacks, les Bleus avaient mis un terme à une disette de douze ans face à la sélection à la fougère. Ce samedi, ils seront confrontés à un défi similaire : voilà treize ans que la France n’a pas vaincu l’Afrique du Sud. C’était en 2009 à Toulouse, au terme d’un bras de fer remporté avec autorité par William Servat et ses partenaires (20-13). Depuis ? Les joueurs de la nation arc-en-ciel se sont imposés à sept reprises, le plus souvent avec une marge confortable (42-17 en 2010, 10-29 en 2013, 37-14, 37-15 et 35-12 en 2017). Les deux dernières défaites tricolores avaient été des plus frustrantes (17-18 en 2017 et 26-29 en 2018), comme des symboles d'une ère où la pièce ne tombait jamais du bon côté.

Car c’est un possible quart de finale avant l’heure

A un an de la Coupe du monde, comment résister à la tentation de se projeter sur l’événement ? La semaine dernière, l’Irlande-Afrique du Sud avait des allures de répétition générale du choc de la poule B, tout comme l’était l’affrontement entre l’Angleterre et l’Argentine, réunies au sein de la poule D. Si le tirage au sort n’a pas placé Français et les Boks dans le même groupe, les deux équipes sont amenées à se croiser plus tard dans la compétition. Si l’actuelle hiérarchie mondiale était respectée (à savoir, dans l’ordre, Irlande, France, Nouvelle-Zélande et Afrique du Sud), France-Afrique du Sud serait un quart de finale tonitruant. Si elles s'évitaient à ce stade, les deux nations pourraient se retrouver le 28 octobre pour la lutte finale.

Mardi, dans l’auditorium de Marcoussis, Laurent Labit résumait tout ça en peu de mots : “Ce match compte déjà parce que ce sont les champions du monde. Les meilleurs, ceux qui ont le titre, ce sont eux. Ensuite, il faut continuer à se construire et à grandir. Et l'Afrique du Sud présente un profil d'équipe qu'on n'a pas encore affronté. Enfin, en vue de la Coupe du monde, il est possible qu'on les croise en quarts de finale… Autant d'éléments qui font que ce match est effectivement très important.” Très important et hautement prestigieux. Que demander de mieux ?

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?