XV de France - Une deuxième ligne "bof" avant les Boks, faut-il s’inquiéter ?

  • Si les Bleus ont été efficaces en touche, ils ont parfois manqué de puissance. Est-ce lié à l'absence de Paul Willemse, remplacé par Thibaud Flament, un profil plus aérien ?
    Si les Bleus ont été efficaces en touche, ils ont parfois manqué de puissance. Est-ce lié à l'absence de Paul Willemse, remplacé par Thibaud Flament, un profil plus aérien ? Icon Sport - Icon Sport
Publié le

En décidant de reconduire la deuxième ligne très aérienne Woki- Flament, alignée contre l’Australie samedi dernier, le sélectionneur Fabien Galthié sait qu’il prend un risque face à la densité des Springboks. Quid alors de la performance dans les zones de ruck et sur les ballons portés ?

Souvenez-vous de cette petite phrase, semblant totalement anodine lors de l’annonce de l’équipe par Fabien Galthié en amont de la première rencontre face à l’Australie. Interrogé sur l’absence de la poutre Paul Willemse, remplacé par le plus longiligne Thibaud Flament, l’ancien demi de mêlée avait rétorqué : "Il faut s’adapter et parfois réaménager le profil de l’équipe au profit de la performance." Il avait d’ailleurs souri, sans doute conscient que son choix prêterait à débat. Le bonhomme est bien trop intelligent pour ne pas savoir qu’un afflux d’interrogations et de doutes allait se lever. "Vous auriez pu penser que nous allions titulariser Romain (Taofifenua) car il a le même profil que Paul, avait-il alors lâché. Mais Romain, on a besoin de lui sur la deuxième partie du match, avec les finisseurs qui ont besoin d’un leader. Et Romain en est un. Voilà pourquoi nous avons voulu faire débuter Thibaud, même s’il n’a pas du tout le même profil que Paul (Willemse)."

Ce choix, Fabien Galthié a bien failli le regretter. Le coup est passé tout juste. À un tout petit point et un bel exploit de Damian Penaud. La raison ? Contré sur les ballons portés offensifs, secoués dans les zones de combat au sol, les Bleus n’ont pas affiché leur rayonnement habituel sur ces phases de jeu. À l’exception de Grégory Alldritt et Julien Marchand, rares ont été les Bleus à gagner les collisions, glaçant une bonne partie du système offensif tricolore. Et que penser de ces ballons portés, à peine structurés, déjà désintégrés ? "Il nous a manqué quelques petits détails sur certains de ces faits de jeu, a souligné le pilier Cyril Baille. Mais, nous sommes toujours en alerte sur ces phases de jeu." "L’Australie avait des axes de contre très forts à la retombée du ballon, a reconnu du bout des lèvres Fabien Galthié. Mais on a été efficaces en touche, plus qu’eux en tout cas (8/9 pour les Bleus, 8/11 pour l’Australie). Parfois, on prend des options où on est meilleurs en l’air et moins bons au sol." Un bilan aussi lucide que sans concession, dont on pouvait penser que le sélectionneur tirerait des enseignements pour rééquilibrer son paquet d’avant dans la perspective du combat qui s’annonce contre l’Afrique du Sud.

Une stratégie modifiée ?

Parce que le constat est sans appel : sans Paul Willemse (2,01 m ; 125 kg), le maul français a perdu de sa splendeur. Le massif montpelliérain, en plus d’être un maillon fort, est un sacré pilote dans la conduite de ces ballons portés. Souvenez-vous : à l’automne 2021, le talonneur Peato Mauvaka avait inscrit pas moins de quatre essais, tous à la conclusion de ballons portés savamment orchestrés face à la Géorgie (41-15, 2 essais) puis la Nouvelle-Zélande (40-25, 2 essais). Seulement voilà, l’absence de Willemse, conjugué au choix du staff français de poursuivre avec l’option Flament ajoutée à Cameron Woki, place la deuxième ligne française dans un rayon au profil plus coureur que "golgoth". Est-ce à dire que la stratégie tricolore sera réorientée ? Les Bleus chercheront-ils samedi à Marseille à ne pas entrer dans un combat frontal avec les Boks, maîtres en la matière, pour mieux déplacer les débats ? L’alternative n’est pas impossible, même s’il faudra répondre au défi sud-africain dans ces secteurs de jeu. Heureusement, les joueurs de Fabien Galthié n’ont pas souffert défensivement sur les ballons portés face des Wallabies. Au contraire. Mais de ce point de vue, l’Afrique du Sud n’est pas l’Australie…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?