XV de France - Flament, l’homme "atout" faire

  • Thibaud Flament le sait, le fort tonnage du pack sud-africain devrait lui donner de quoi s’occuper dans les phases de combat mais aussi de conquête directe. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany Thibaud Flament le sait, le fort tonnage du pack sud-africain devrait lui donner de quoi s’occuper dans les phases de combat mais aussi de conquête directe. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Thibaud Flament le sait, le fort tonnage du pack sud-africain devrait lui donner de quoi s’occuper dans les phases de combat mais aussi de conquête directe. Photo Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Habitué à évoluer à gauche de la deuxième ligne, ou à glisser en position de flanker, c’est avec le numéro 5 dans le dos qu’il est amené à disputer cette tournée automnale. là où un autre et sacré défi l’attend.

C’est une discussion que le manager du Stade toulousain Ugo Mola et son joueur Thibaud Flament ont régulièrement eue en début de saison dernière, sur l’utilisation de l’intéressé. En somme, le technicien a répété à maintes reprises à l’ancien pensionnaire des Wasps, débarqué à Ernest-Wallon moins d’un an auparavant et devenu international français seulement quelques mois plus tard : "Tu peux jouer trois postes : deuxième ligne à gauche, flanker et même deuxième ligne à droite. Cette polyvalence est un formidable atout, c’est elle qui peut te permettre d’évoluer et d’exister au très haut niveau." C’est en tout cas elle qui, depuis un an et demi, lui permet d’enchaîner les succès et les titres : champion de France et d’Europe avec Toulouse en 2021, victoire de légende face aux All Blacks puis grand chelem 2022 avec le XV de France. Certes, dans la grande majorité des événements évoqués, Flament était sur le banc de touche au coup d’envoi et était entré en deuxième mi-temps.

Mais c’est justement son profil hybride et quasiment unique qui a toujours imposé de placer son nom sur la feuille de match. Lui en a conscience : "J’aime avoir cette polyvalence, même si c’est vrai qu’à la base, je préfère évoluer dans la cage, en deuxième ligne, là où je joue depuis plus longtemps et où je me sens le plus à l’aise, où j’ai plus d’automatismes" Dans un rugby où le rôle des remplaçants, ceux que Fabien Galthié appelle depuis l’été 2021 les "finisseurs", est devenu de plus en plus décisif, Flament est un trésor. Déjà parce que son punch et sa puissance sont précieux, ensuite parce qu’il est parfait pour composer un banc avec six avants et deux trois-quarts, ce qui est à la mode. Le Stade toulousain le fait de façon presque systématique, quand le XV de France y a souvent recours.

Une immense activité pour compenser

L’autre avantage de posséder Thibaud Flament dans son effectif, c’est de pallier plus facilement à tout imprévu. La semaine dernière en fut un exemple marquant. C’est seulement le mardi, soit quatre jours avant le rendez-vous contre l’Australie, que l’encadrement des Bleus a constaté la blessure de Paul Willemse aux ischios, et vingt-quatre heures plus tard qu’il a acté son forfait. Il a fallu réagir dans l’urgence pour compenser cette absence majuscule, tant le Montpelliérain s’est affirmé comme la poutre du paquet d’avant français depuis le début du mandat de Fabien Galthié. Il est LE numéro 5 incontournable des trois dernières années et, pour le remplacer dans le XV de départ, la solution la plus logique aurait pu conduire à Romain Taofifenua, qui présente le physique le plus proche du sien. Mais le sélectionneur apprécie l’apport du Lyonnais en fin de rencontre et, face aux doutes concernant sa faculté à tenir le rythme sur une heure au niveau international, il a plutôt innové en optant pour Flament à droite de la deuxième ligne. L’idée ? Compter sur son immense activité pour faire oublier les kilos manquants de Willemse (même si Flament pèse tout de même 116 kg).

Attendu sur les tâches obscures

C’était un sacré défi aussi pour le joueur, qui a peu évolué de ce côté de la cage dans un parcours qui l’a vu grandir en Belgique, passer par l’Argentine et faire ses armes universitaires en Angleterre, même s’il y passe plus souvent en club depuis le début de saison, après les départs de Joe Tekori et Rory Arnold. "C’était un challenge pour moi, disait-il après la victoire face aux Wallabies. C’est un poste auquel je joue moins, même s’il m’arrive d’y être aligné et si je prends donc plus de repères. Cela m’excitait beaucoup et j’étais très content de pouvoir y postuler. Je le voyais comme une opportunité, je voulais tout donner." Ce qu’il a fait avec une aisance assez étonnante.

Ultra présent et notamment percutant en défense, Flament fut l’un des Français les plus en vue, malgré son inexpérience relative au poste : "Au départ, j’ai un peu galéré à trouver la bonne position en mêlée. Maintenant, je pense que ça y est. Puis, de toute façon, avec Uini Atonio devant moi, ça ne bouge pas trop normalement (sourire)." Et le Toulousain sait dans quel secteur il est très attendu, comme depuis l’entame de sa carrière professionnelle : "J’essaye de beaucoup me concentrer sur les tâches obscures, les rucks, les plaquages, d’y mettre énormément d’envie. Bref, le travail de 5." Un boulot pas forcément naturel à la base pour ce garçon qui a joué ouvreur ou arrière jusqu’à l’âge de 18 ans. En octobre 2021, il nous confiait ainsi : "J’ai découvert ces tâches sur le tard. Durant ma dernière année d’université, je me souviens qu’on avait des statistiques en Fédérale 1 anglaise. On comparait celles des deux deuxième ligne. Moi, j’étais impliqué dans trois ou quatre rucks, quand l’autre finissait à trente-cinq rucks ! Je touchais plus de ballons, certes, mais on ne faisait pas du tout le même boulot sur le terrain. Disons qu’il m’a fallu passer un cap à ce niveau."

Ce fut sa plus grande marge de progression, et il a indéniablement changé de dimension sur ce plan. Pourtant, alors que les Français ont parfois souffert dans les zones d’affrontement face aux Wallabies, ils seront mis à bien plus rude épreuve contre les terrifiants Springboks. Flament, maintenu en numéro 5, le sait : "Ce sera encore un gros défi, contre une équipe très frontale. On s’attend une nouvelle fois à un énorme combat." Qui pourrait être une autre grande étape de sa folle ascension.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Jérémy FADAT
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?