XV de France - Un homme dans le match : Jelonch a sonné la révolte dans la tempête

  • Peu à son aise en début de rencontre, le flanker est soudainement entré en transe dans la dernière demi-heure du match. Son activité a fait un bien fou aux Bleus.
    Peu à son aise en début de rencontre, le flanker est soudainement entré en transe dans la dernière demi-heure du match. Son activité a fait un bien fou aux Bleus. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Peu à son aise en début de rencontre, le flanker est soudainement entré en transe dans la dernière demi-heure du match. Son activité a fait un bien fou aux Bleus.

Anthony Jelonch est un dur au mal, un vaillant. Un joueur qui aime les matchs animés par des duels rudes et une bataille physique incessante. En fait, ce test contre l’Afrique du Sud, venue à Marseille pour secouer les Bleus, était un peu fait pour lui. Pourtant, c’est d’abord un peu timide que Jelonch a commencé la partie. Bougé sur plusieurs contacts, il se faisait même pénaliser à deux reprises en première période, et coûtait trois points aux Bleus. Signe que le puissant Gersois n’était pas vraiment dans son match, il se faisait mettre sur les fesses par Cheslin Kolbe au contact, dans un choc qui en a surpris plus d’un. « Je crois qu'on avait jamais joué contre des avants aussi costauds », reconnaissait d’ailleurs le colosse. On a eu du mal, mais on s'est accroché et tout le monde a été solidaire ». Peut-être vexé par cette entrée en matière difficile, et par la domination des Sud-Africains au contact, Jelonch a alors décidé de ne plus rien laisser au hasard, et de « débrancher le cerveau », comme il se dit souvent. Particulièrement après le carton rouge d’Antoine Dupont, l’ancien Castrais était partout. Balayant la largeur du terrain à grandes enjambées, il ne se privait pas de mettre la tête dans les jambes des Boks dès que l’occasion se présentait.

Trente minutes de destruction

Une dépense physique importante, qui était nécessaire pour des Bleus à ce moment-là en difficulté, souvent réduits à défendre les impressionnantes déferlantes des champions du monde en titre. Durant cette période où la France a subi, le flanker s’est démultiplié et a brillé. Meilleur plaqueur du match – à égalité avec Franco Mostert – avec dix plaquages, Jelonch a disputé une dernière demi-heure de très haut-niveau. Une montée en puissance surprenante en fin de match, quand on sait que le Toulousain avait déjà disputé l’intégralité de la rencontre face à l’Australie le week-end dernier, et que la fatigue aurait pu se faire sentir, surtout avec l’intensité folle de cette partie contre les Boks. Mais au final, il n’en fut rien, et Jelonch, tel le combattant vaillant qu’il est, n’a jamais baissé le pied. Récompensé par le titre de joueur du match, il représentait cette équipe de France qui a parfois tangué ce samedi soir, mais qui n’a jamais rien lâché avant de finir très fort la partie pour s’imposer. « Ces 30 dernières minutes contre l’Afrique du Sud vont nous faire du bien pour la suite », savourait-il. La France a du cœur, Jelonch aussi.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Yanis Guillou
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?