Coupe du monde à XIII - Les Samoans créent l’exploit face à l'Angleterre

  • Pour la première fois de leur histoire, les Samoans disputeront la finale de la Coupe du monde. Vainqueurs notamment des Français lors de la phase de poules, les Océaniens, qui évoluent pour la plupart en NRL, retrouveront les Australiens samedi. Photo Icon Sport
    Pour la première fois de leur histoire, les Samoans disputeront la finale de la Coupe du monde. Vainqueurs notamment des Français lors de la phase de poules, les Océaniens, qui évoluent pour la plupart en NRL, retrouveront les Australiens samedi. Photo Icon Sport
Publié le

L’Australie, tenante du titre, défendra sa couronne mondiale samedi à Old Trafford (Manchester) face à la surprise de ces demi-finales, les Samoa, qui ont éliminé les anglais chez eux, à la mort subite.

L’Angleterre et son capitaine et joueur des Dragons catalans, Sam Tomkins, mettra longtemps à se remettre de sa terrible désillusion. Celle d’une demi-finale perdue après un parcours pourtant sans encombre. Rappelons que les Anglais ont battu, en match de poule, les Samoa (60-6), la France (42-18) et la Grèce (94-4), avant de sortir la Papouasie-Nouvelle-Guinée en quart de finale (46-6). Chacun envoyait donc trop tôt les Anglais en finale, eux qui n’ont jamais remporté le titre mondial. Mais les Samoans, audacieux, créatifs et déterminés, ont confirmé leur rebond. Celui nécessaire après la désillusion inaugurale, celui d’une sélection portée par deux animateurs de génie entre Anthony Milford et Jarome Luai. Si les Britanniques ont réussi à égaliser (26-26) en toute fin de match, les Samoans ont trouvé la récompense à leurs efforts dès le début des prolongations (règle de la mort subite) grâce à un drop-goal de Stephen Crichton qui a propulsé les Samoa à leur toute première finale de Coupe du monde, plongeant l’Angleterre dans une profonde dépression. Une cruelle désillusion pour une sélection qui s’est certainement vu trop belle.

L’Australie passe à l’orange

Samedi (17 heures), dans le théâtre des rêves d’Old Trafford, les Samoa et leurs cadres de la NRL retrouveront donc leurs coéquipiers de club, les joueurs de l’Australie qui ont difficilement éliminé la Nouvelle-Zélande vendredi en demi-finale (16-14) à Leeds. Les Kangourous ont failli passer à la trappe, comme les Anglais. Là aussi, le fait de ne pas avoir trouvé de réelle opposition face à eux (42-0 contre les Fidji, 84-0 contre l’Écosse, 66-6 face à l’Italie et 48-4 contre le Liban), a placé la sélection devant une certaine incapacité de réaction devant les premières difficultés. L’ailier Josh Addo-Carr (12 essais en quatre matchs), Valentine Holmes et Cameron Murray ont claqué les trois réalisations salvatrices des grandissimes favoris à leur propre succession.

« La sanction a plané au-dessus de nous pendant toute la rencontre. Nous avons manqué de ressources dès que nous avons été contrés devant. Il va falloir humblement et sérieusement préparer la suite  a déclaré, à chaud, le sélectionneur Mal Meninga qui s’attendait à défier l’Angleterre en finale et qui, depuis samedi soir, a revu ses plans, pour préparer la finale face aux Samoans, des joueurs que sa sélection ne connaissent que trop bien. Contrairement à 2017, la supériorité de la NRL en frappé face aux pensionnaires de la Super League avec cette finale entre joueurs tous issus du même championnat.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Bruno Onteniente
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?