Rassie Erasmus s’en prend aux décisions de M. Barnes

  • L’arbitre anglais, Wayne Barnes, a été mis en cause indirectement par Rassie Erasmus sur certaines décisions. Photo Icon Sport
    L’arbitre anglais, Wayne Barnes, a été mis en cause indirectement par Rassie Erasmus sur certaines décisions. Photo Icon Sport
Publié le

Au lendemain de la défaite de ses Springboks, le directeur du rugby sud-africain s’en est pris à l’arbitrage de M. Barnes, dans une série de tweets à la tonalité ironique. Images à l’appuie, il pointe du doigt plusieurs situations litigieuses qui ont été arbitrées, selon lui, à l’avantage des Bleus.

Le procédé est toujours le même, ironique : de fausses excuses pour de supposés manques des Springboks face à la France, et la promesse de travailler dur pour rectifier le tir. Le hic ? C’est que les images que publie Rassie Erasmus (directeur du rugby de l’Afrique du Sud) sur ses réseaux sociaux pour accompagner ces "fausses excuses" sont dissonantes, ce qui donne à ces contritions un tour malicieux : en procédant ainsi, Erasmus pointe surtout des erreurs supposées d’arbitrage. Et le patron des Boks en a ciblé plusieurs, ce dimanche sur son compte Twitter.

Thomas Ramos cité ?

À l’entame, les Bleus ont l’initiative et Thomas Ramos, à la réception d’un jeu au pied haut, relance. Au duel avec Cheslin Kolbe, il bat et renverse son ancien coéquipier. Comment ? Si l’action n’a pas été arbitrée, ni en direct, ni à la vidéo, il semble effectivement que l’arrière toulousain utilise son coude, dans la gorge de l’ailier springbok. Son bras étant clairement décollé de son corps, l’action lui aurait certainement valu un carton (rouge ?) en Top 14. En commentaire, Erasmus est ironique : "Je sais les mecs, il n’y a que nous à blâmer vu que les Français étaient incroyables sur le terrain (joueurs) et en dehors (supporters) ! Il faut qu’on corrige ces erreurs fondamentales de technique de plaquage." Une action qui pourrait valoir citation à Ramos. Sur la même action, Erasmus cible une passe sifflée en-avant contre son équipe dans les ultimes minutes. Litigieuse, pas scandaleuse.

Dans le même registre, il s’en prend au groupé pénétrant français qui, à la 70e minute, progressait clairement avant d’être finalement stoppé illicitement. Ce qui entraîna le carton jaune à Deon Fourie. Problème : selon Erasmus, Mauvaka se serait détaché du maul avant de se reconnecter, ce qui acte de fait la fin du maul et autorise l’intervention des Sud-africains sur le porteur de balle. Pas faux, au regard des images. Reste que les Springboks, en souffrance à ce moment-là du match, multipliaient les fautes proches de leur ligne et voyaient un carton jaune clairement se profiler. Ce que Eramus oublie de préciser quand il commente, caustique : "Je pensais que le 16 bleu (Mauvaka) s’était détaché et que le maul était fini. Il faut qu’on travaille dur pour mieux comprendre les règles ! Cela nous a coûté cher. On mérite toutes les critiques !"

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Léo FAURE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?