Une union pour faire la force chez les féminines de Toulon

  • Les Varoises s’entraînent quatre fois par semaine, dont le mercredi sur le campus du RCT. Photo Claude Serra
    Les Varoises s’entraînent quatre fois par semaine, dont le mercredi sur le campus du RCT. Photo Claude Serra - Picasa
Publié le

Toulon a rejoint La Valette, Hyères-Carqueiranne et La Seyne, pour former un grand club féminin dont l’objectif est de rejoindre l’Elite 1.

Après un premier essai, infructueux, à la fin de l’été 2021, le mariage entre La Valette, déjà associé à Hyères-Carqueiranne et La Seyne, et le RCT, a été célébré. Il a abouti à la création du Rugby Toulon Provence Méditerranée, financée à parts égales par le XV du Coudon et le RCT, et des partenaires privés. « Notre objectif, dans les trois ans, est de monter en Elite 1 » explique le directeur sportif, Aubin Hueber. L’ancien demi de mêlée et entraîneur du RCT est arrivé en juin pour chapeauter le projet et réunir, autour de lui, les différentes composantes, et dissiper certaines réticences. L’intérêt était commun, entre une équipe de La Valette, présente au haut niveau féminin depuis longtemps et Toulon. Encore fallait-il réunir tout ce beau monde. « Nous sommes encore en train d’essuyer les plâtres, reconnaît le dirigeant. Il fallait que les gens apprennent à travailler ensemble ».

Avant de recevoir le leader invaincu, le Stade français, dimanche prochain, le début de saison est convenable. Les Varoises sont en embuscade derrière le quatuor de tête. « La priorité a été de rassembler les deux clubs, rappelle le manager sportif, Stéphane Beyt-Gamonet, rejoint cette année dans le staff par Baptiste Roffinella, en provenance du Mourillon. Les deux groupes ont appris à se connaître ». Le retard pris pour créer la cohésion est compensé par des moyens supplémentaires. La Valette, qui avait fait un aller et retour express au plus haut niveau lors de la saison 2020-2021, avait atteint son plafond de verre. L’union des forces permet de s’appuyer sur les structures nécessaires pour franchir le cap : monter en Elite, et s’y installer durablement. Les entraînements ont au nombre de quatre, dont une séance de musculation le mercredi soir sur le campus du RCT. Le staff a été renforcé. L’ancienne pilier, Marie Micallef assure les fonctions de team manager. En attendant l’arrivée de Rudy Chéron en décembre pour distiller des conseils en mêlée, Marc de Rougemont intervient régulièrement, tout comme Benjamin Lapeyre (jeu au pied) et Aubin Hueber. Les prochains axes de développement se situent en cadettes et en juniors. Et dans une meilleure visibilité. Un match en baisser de rideau sur la pelouse de Mayol est espéré…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?