Bru est attendu au 1er juillet à Bordeaux

  • Bru est attendu au 1er juillet à Bordeaux
    Bru est attendu au 1er juillet à Bordeaux Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le futur manager de l’UBB va travailler en coulisses sur la constitution de son effectif. Des avancées pourraient enfin se produire.

À l’annonce du départ avec effet immédiat de Christophe Urios, mardi, un nom est revenu sur toutes les lèvres pour la suite : Yannick Bru. Si l’identité du futur manager ne faisait plus guère de doute, restait une question centrale : l’ancien talonneur arriverait-il tout de suite ou lors de la prochaine intersaison ?

Actuellement engagé avec les Sharks, Yannick Bru a décidé de patienter jusqu’au 1er juillet 2023 pour entrer en fonction. En attendant et jusqu’au 30 juin prochain – sauf retournement de situation, l’intérim sera assuré par le tandem Julien Laïrle-Frédéric Charrier, jusqu’alors adjoints. Pour l’heure, aucune hiérarchie n’a été établie entre les deux techniciens, le spécialiste des trois-quarts étant qui plus est à l’œuvre avec les Barbarians, à Lille, cette semaine. Pour accompagner Yannick Bru, Christophe Laussucq, déjà présent dans l’encadrement, est fortement pressenti ; pour les avants, la piste menant à Aksventi Giorgdaze, ancien collègue de Bru au sein du XV de France, serait à l’étude. Tout cela reste à être cadré.

Le dossier Jalibert normalisé ?

Au-delà de l’électrochoc sportif attendu, le départ de Christophe Urios est censé permettre aux dirigeants de se projeter plus sereinement sur l’avenir. L’inconnu autour du maintien au poste du technicien ainsi que les tensions entre l’ex-talonneur et plusieurs cadres l’en empêchaient jusqu’alors. En interne, on espère que la nouvelle conjoncture incitera le deuxième ligne international Cyril Cazeaux (27 ans, 4 sélections), lié jusqu’en juin 2023 et courtisé par Toulouse, à rempiler. La situation de plusieurs éléments clés, qui envisageaient un départ anticipé si Urios restait, devrait dans le même temps être normalisée. On pense en tout premier lieu à Matthieu Jalibert (24 ans, 18 sélections) dont le bail expire en juin 2025. Ses relations délétères avec Christophe Urios n’étaient un secret pour personne. La nouvelle donne est de nature à favoriser la poursuite de sa carrière en Gironde.

Du côté des recrues, l’UBB sera en mesure d’être plus attractive. Si elle est en retard sur le dossier Penaud, elle peut se montrer plus optimiste sur celui d’Arthur Iturria (28 ans, 15 sélections), qui est en réflexion entre un départ et une prolongation. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Vincent BISSONNET
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?