Dorian Bellot, le neuvième avant agenais

  • Auteur d’un essai de filou face à Vannes, le jeune demi de mêlée agenais Dorian Bellot devra assumer son statut de compétiteur face à Oyonnax.
    Auteur d’un essai de filou face à Vannes, le jeune demi de mêlée agenais Dorian Bellot devra assumer son statut de compétiteur face à Oyonnax. DDM - DDM MORAD CHERCHARI
Publié le

L’absence de Sonatane Takulua a profité aux jeunes Théo Idjellidaine et Dorian Bellot. Ce dernier semble avoir gagné la confiance de ses entraîneurs, grâce à des prestations convaincantes et régulières.

«Mes gros et moi, on a une relation particulière.» Le demi de mêlée Dorian Bellot fait partie de ces joueurs "attachiants" dont les clubs ne peuvent se passer. Très apprécié au sein du groupe agenais, le jeune homme de 22 ans a du répondant. Et il aime le faire comprendre sur le terrain. «Je gueule beaucoup sur mes avants. Cela me vaut quelques réprimandes parfois», sourit-il.

Un coquin qui plaît beaucoup à Bernard Goutta. Pourtant, en début de saison, l’ancien Rochelais n’a pas eu sa chance. «Je n’ai pas vraiment douté. J’ai connu une préparation estivale difficile. J’ai eu quelques pépins physiques qui m’ont empêché de débuter la saison à 100 %.»

Arrivé donc de Charente-Maritime en 2020, à 19 ans, le numéro 9 s’est blessé gravement au genou immédiatement. «Je me suis fait les croisés. Et c’est d’ailleurs sur ce genou que j’ai eu deux ou trois soucis cet été», révèle l’intéressé. C’est donc pour cela que son manager n’a pas fait appel à lui lors du premier bloc. «Après, je n’ai pas vraiment douté, ce n’est pas dans ma nature. J’ai très vite eu une discussion avec Bernard, il m’a rassuré. Et finalement, avec le recul, je me rends compte qu’il avait raison sur toute la ligne.»

De la déception, donc, mais finalement, Dorian a eu sa chance contre Aurillac, lors de l’inauguration d’Armandie. Un match qu’il n’oubliera pas : «C’est un super souvenir. Derrière, cela m’a mis en confiance et j’ai enchaîné deux bons matchs à Biarritz et Mont-de-Marsan puis une bonne entrée contre Vannes.» Effectivement, contre les Bretons, il a fait office de «game-winner» grâce à un essai de filou ayant creusé un écart définitif. Finalement, il n’aura donc pas fallu bien longtemps pour que Dorian Bellot prenne ses marques à la mêlée.

Un gamin bien entouré

Il faut dire qu’à Agen, le demi de mêlée a la chance d’apprendre de Sonatane Takulua au quotidien. Soit le capitaine de la sélection tongienne. Un leader par l’exemple : «Individuellement, Tane me permet de m’améliorer techniquement. Il est très bon sur les détails. Tout comme Manny Edmonds d’ailleurs. Ils m’apprennent à bien gérer la pression.» Aussi, lors de ses différentes apparitions, le Girondin d’origine a eu l’opportunité de partager la charnière avec Raphaël Lagarde. «Raph, il me rassure. C’est un leader de jeu et de groupe. On le suit et ça nous soulage.» Dorian Bellot s’identifie bien au collectif agenais et au style de jeu prôné par le staff. Néanmoins, il précise : «J’aimerais peut-être jouer un ou deux coups de temps en temps. Mais ça viendra. Et puis on a eu un entretien avec Manny Edmonds. Il nous a fait comprendre que s’il y a un coup à jouer dorénavant, il ne faut pas hésiter…»

Parti pour rester

Ce soir, le jeune espoir au poste s’apprête à faire face à un joueur qu’il admire. «Charlie Cassang est le meilleur demi de mêlée de Pro D2. Il est inspirant de par son jeu, sa technique et sa maîtrise. Je pense que cela sera un beau duel entre nous.» Celui qui se considère comme un neuvième avant, «malgré mon gabarit», continue de grandir du côté d’Agen. S’il prend de plus en plus de place, il espère bien que son «leadership naturel» offrira un coup de boost à ses coéquipiers contre Oyonnax.

Champion du tournoi de belote du SUA il y a quelques semaines, Dorian Bellot a un statut de gros compétiteur à assumer. «Même si sur le terrain, je ne triche pas autant qu’aux cartes, plaisante-t-il. Ah oui, et pour la petite histoire, son aventure sur les berges de la Garonne devrait se poursuivre pour deux ans de plus.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathieu VICH
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?